Bourse

Sociétés

VEOLIA engage la bataille médiatique

AOF - 02 septembre 2020


(AOF) - Antoine Frérot ne relâche pas la pression. Depuis dimanche et l'annonce de son offensive sur son grand rival Suez, le patron de Veolia multiplie les affirmations selon lesquelles son projet de créer un champion national de l'environnement était une évidence et une nécessité face à l'ogre chinois. Aujourd'hui, il répond aux critiques jugeant sa proposition de racheter l'essentiel de la participation d'Engie dans Suez (29,9% sur un total de 32%) pour 15,50 euros par action, soit un montant de 2,9 milliards d'euros, un peu chiche.

Interrogé à ce sujet par BFM Business, Antoine Frérot a assuré que le prix proposé par Veolia dans le cadre de son offre d'achat de la majeure de la participation d'Engie dans Suez était "bon".

Pour lui, "c'est un bon prix, c'est un très bon prix qui tient compte de la capacité de création de richesse de ce projet (...), je crois que c'est un prix 'fair'."

Pas sûr que cela suffise à convaincre Engie. Le groupe d'énergie semble prêt à contribuer à la grandeur de la France dans l'eau et les poubelles... Mais pas à n'importe quel prix.

Hier, Reuters révélait qu'Engie souhaitait un relèvement de l'offre et n'excluait pas d'examiner des propositions alternatives qui pourraient survenir au cours des prochaines semaines.

Engie entend ainsi monétiser au mieux ces fameux 29,9% de Suez lorgnés par Veolia.

Cependant, Antoine Frérot campe, pour l'instant, sur ses positions.

Interrogé sur la possibilité que Veolia lance une OPA hostile sur Suez si son projet actuel n'aboutit pas, le diriegant a déclaré devant les micros de BFM Business : "Rien n'est exclu, ça dépendra beaucoup des raisons qui font qu'Engie n'accepte pas notre proposition, et nous aviserons à ce moment-là."

Pour que cette OPA soit couronnée de succès, il faudrait que les autres actionnaires de Suez acceptent ce prix de 15,5 euros par action. Mais si l'actionnaire principal le juge insuffisant, pas sûr que d'autres, comme le fonds Amber, s'en suffisent. Affaire à suivre...