Actualités

Allocation

La partie courte de la courbe de crédit investment grade est une "fenêtre d'achat idéal" selon SPDR

AOF - 21 mai 2020


(AOF) - La semaine dernière, la Réserve fédérale américaine (Fed) a commencé à acheter des ETF d'obligations d'entreprises américaines, rappelle l'équipe de Recherche et de Stratégie de SPDR. À l'heure actuelle, il y a peu de visibilité sur ce qui a été acheté ou, en fait, sur ce qui figure même sur la liste des achats potentiels.

La Fed est restée volontairement vague, suggérant que son mécanisme de facilité de crédit aux entreprises sur le marché secondaire (SMCCF -Secondary Market Corporate Credit Facility) "peut acheter des ETF cotés en bourse aux États-Unis dont l'objectif d'investissement est de fournir une large exposition au marché des obligations d'entreprises américaines". Sa note indique ensuite que la majorité des avoirs seront détenus dans des ETF de qualité investment grade (IG), le reste relevant du high yield, indique SPDR.

Pour le gérant, il est rationnel de supposer que la Fed suivra des directives similaires à celles émises pour les achats d'obligations d'entreprises, à savoir qu'elle n'achètera des obligations que jusqu'à 5 ans.

Par conséquent, il continue à considérer la partie courte de la courbe de crédit investment grade comme le " fenêtre d'achat idéal " (sweet spot) pour les investisseurs, à la fois parce que les achats de la Fed offrent une protection et parce que le risque de duration est faible.

L'augmentation des rendements affichée par l'indice Bloomberg Barclays 0-3 Year US Corporate Index par rapport aux obligations d'État est significative et s'établit à environ 150 points de base.

Le président de la Fed, M. Powell, ayant laissé entendre qu'il n'était pas très enclin à laisser les taux directeurs en territoire négatif, il sera cependant difficile pour les obligations d'État d'afficher des rendements fortement positifs. En tant que telle, une stratégie consistant à traquer les rendements plus élevés des entreprises est donc parfaitement logique aujourd'hui, estime SPDR.