Actualités

Private Equity

Climat : un sujet encore peu pris au sérieux dans le private equity ?

Funds Magazine - 03 juillet 2020

Selon le dernier Baromètre mondial du capital-investissement de Coller Capital, qui a recueilli l’avis de 107 investisseurs de capital-investissement du monde entier au cours de la période du 10 février au 27 mars 2020, de nombreux investisseurs estiment que la montée des tensions géopolitiques aura une incidence importante sur la répartition des actifs des fonds de capital-investissement et de capital-risque dans les prochaines années. Beaucoup s’attendent aussi à une augmentation du risque politique sur les marchés émergents du capital-investissement, notamment en Russie, en Chine, au Moyen-Orient/en Afrique du Nord (MENA) et en Amérique latine. L’Asie du Sud-Est et l’Inde sont considérées comme des marchés présentant un plus faible niveau de risque politique.

Pour la plupart des investisseurs, les gestionnaires de fonds de capital-investissement ne prennent pas le changement climatique suffisamment au sérieux dans la gestion de leurs investissements. Les divergences d’attitudes en matière de changement climatique sont particulièrement saillantes au niveau régional. Si plus de la moitié des investisseurs européens estime que leur organisation aura atteint la neutralité carbone d’ici à 2030, deux tiers des investisseurs basés en Amérique du Nord affirment ne pas être en mesure de l’envisager sur un horizon réaliste. «Le changement climatique reste un sujet controversé qui divise la communauté des investisseurs, déclare Jeremy Coller, CIO de Coller Capital. Dans une grande partie du monde, il n’existe pas de consensus sur les mesures à prendre, même au sein des organisations des investisseurs. Cela dit, les meilleures pratiques sont souvent contagieuses dans le secteur du capital-investissement et, avec du recul, la marche à suivre est claire.»