Actualités

Etude

Des investisseurs peu patients

19 septembre 2019 - fundsmagazine.fr

Selon l’étude Schroders Global Investor Study 2019 (25 000 personnes interrogées dans 32 pays), une majorité d’investisseurs particuliers dans le monde a apporté des changements directs au profil de risque de ses placements au cours des trois derniers mois volatils de 2018, mais les Français ont été beaucoup plus enclins que la moyenne mondiale à y voir une occasion d’accroître le risque de leur portefeuille.
En France, 43 % des investisseurs finaux ont transféré une partie de leur portefeuille vers des investissements plus risqués, soit nettement plus que la moyenne mondiale (35 %) ou européenne (38 %), et 32 % ont investi une partie ou une proportion importante de leur portefeuille dans des investissements à moindre risque.
Selon l’étude, les investisseurs mondiaux conservent en moyenne leurs placements pendant 2,6 années, soit un peu plus de la moitié de la période de placement de cinq ans généralement recommandée. Sur le plan géographique, les investisseurs au Japon (4,5), aux Etats-Unis (4,2) et au Canada (4,1) sont les plus patients avec des périodes de détention d’au moins quatre ans, comparativement à 1,3 an pour les Argentins, les moins patients. Les Français conservent leurs investissements pendant 2,9 ans en moyenne, soit un peu plus que la moyenne mondiale.
Dans le monde, les «millenials» apparaissent moins patients que les générations plus âgées, gardant leurs investissements pendant 1,9 an en moyenne (2,1 ans en France) contre 3,7 ans en moyenne pour les baby boomers (4,9 ans en France). 53 % des «millenials» dans le monde conviennent que le plus grand danger pour leurs placements est de ne pas prendre suffisamment de risques pour atteindre leurs objectifs de placement.