Actualités

Stratégie

IVO Capital Partners profite des opportunités sur la dette émergente

26 mai 2020

Le spécialiste de la dette émergente, dont la stratégie de gestion du principal fonds IVO Fixed Income consiste à investir dans des entreprises de qualité ayant leur siège social dans des pays émergents mal notés, a connu un mois de mars compliqué. En effet, considérée comme un actif de diversification, la dette émergente a rapidement subi les arbitrages des investisseurs en plus de la baisse des marchés. La boutique a toutefois bien résisté, puisque les rachats sur le fonds IVO Fixed Income ont été limités à 10 %. «Les encours de notre fonds sont passés de 400 millions en janvier à 340 millions d’euros fin mai. Les rachats, de l’ordre de 45 millions, se sont concentrés sur les deux premières semaines de mars, mais les flux de collecte reviennent progressivement. Ils proviennent de clients sortis en mars qui réinvestissent à ces niveaux ou de nouveaux investisseurs comme des family offices et des fonds de multigestion dont l’ADN est plus sensible à l’analyse fondamentale “micro”, explique Michael Israel, associé et cogérant du fond IVO Fixed Income. Jusqu’ici, les investisseurs qui étaient en mode plus “macro” se sont plutôt polarisés sur le concept “actifs protégés” par les banques centrales versus “actifs non protégés”, faisant d’ailleurs un raccourci intéressant : les actifs non protégés seraient de facto risqués. Nous voyons beaucoup d’opportunités liées à ce raccourci car, si une société est peu endettée, a du cash dans son bilan, une activité solide et des marges élevées, elle n’a pas besoin d’être protégée.» Le cash, préservé malgré les demandes de rachats, a été mis à profit récemment pour réinvestir notamment dans des titres de filiales de groupes français à 100 %, implantées dans des pays émergents. «Le contexte actuel permet une plus grande diversification, car il y a des opportunités partout, y compris dans le segment investment grade.»

Par ailleurs, le fonds daté Schelcher-IVO Global Yield 2024, lancé et cogéré avec Schelcher Prince Gestion, dont le rendement dépasse 10 %, a continué de collecter pendant la crise. C’est un des rares fonds de la place qui investit, activement, dans les deux thèses d’investissements, «actifs protégés» et «actifs non protégés» de bonne qualité. Enfin, le dernier-né de la gamme, IVO Short Duration, beaucoup moins volatil que le fonds principal, a plutôt bien amorti la baisse des marchés et devrait bénéficier prochainement d’une commercialisation plus active.