Actualités

TCFD

La finance verte doit mieux prendre en compte l’emploi local

11 janvier 2019 - optionfinance.fr

Est-ce un effet «gilets jaunes» ? Pour Christian Thimann, vice-président de la TCFD (Task Force on Climate-related Financial Disclosures), l’aspect local n’est pas suffisamment pris en compte dans les réflexions autour de la finance verte. «On fait toujours abstraction de la géographie, des lieux de production : mais le but ultime ne devrait-il pas être l’emploi dans toutes les régions ? » s’est interrogé, lors d’une conférence de la direction générale du Trésor dédiée au sujet mardi dernier, celui qui a également conduit les travaux du groupe de travail de la Commission européenne sur la finance durable. «La mondialisation fonctionne bien pour les grandes métropoles mais très difficilement pour les régions, comme on le voit en France, dans le sud de l’Italie, dans l’est de l’Allemagne et dans le nord de l’Angleterre», a-t-il poursuivi, soulignant qu’elle crée à la fois des risques pour l’emploi local et pour l’environnement. Il a également exhorté les régulateurs financiers à prendre davantage en compte le long terme dans les règles qu’ils fixent. Entre les normes IFRS qui imposent une comptabilité en valeur de marché, les règles de liquidité des banques et les exigences prudentielles en assurance basées sur les risques à un an, la réglementation financière est, selon lui, trop court-termiste pour permettre le financement des actifs réels illiquides nécessaires à la préservation de la planète et du climat. «On a eu tellement peur que le système ne s’écroule au moment de la crise financière que l’on regarde le court terme ; or si notre grand enjeu, c’est le long terme, la régulation doit lâcher un peu de lest sur les questions de liquidité», a conclu Christian Thimann.