Actualités

Finance durable

Le CAC 40 ESG, un indice symbolique ?

Option Finance - 26 mars 2021

Le CAC 40 ESG, lancé par Euronext le 22 mars, a marqué les esprits. Ce nouvel indice distingue 40 sociétés issues de l’indice CAC Large 60, pour leurs performances environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Vigeo Eiris, filiale de Moody’s, est chargée de cette sélection, selon des critères conformes au label ISR (Investissement socialement responsable) du ministère de l’Economie et des Finances.

Airbus, Alstom, Arcelor Mittal, Dassault Systèmes, Essilor Luxottica, Hermès, Saint-Gobain, Thales et Total, bien installées dans le CAC 40 classique, n’ont pas été retenues pour la déclinaison ESG. A l’inverse, Accor, Arkema, EDF, Gecina, Klépierre, Sodexo, Solvay, Suez et Valeo, cotées sur l’indice élargi, ont été intégrées au nouvel indice, dont la composition sera revue chaque trimestre.

Euronext compte décliner l’indice CAC 40 ESG sous forme de label pour un large éventail de services financiers dans le monde. Des émetteurs d’ETF tels qu’Amundi, BNP Paribas AM et Lyxor auraient déjà manifesté leur intérêt. Ce nouvel indice national, « conçu pour faciliter l’adoption d’approches d’investissement ESG classiques par les investisseurs institutionnels et privés » selon Euronext, veut répondre aux attentes fortes du marché. Mais sa portée risque de se limiter à celle d’un symbole fort. « Tout le monde connaît le nom de l’indice CAC 40, rappelle Jean-Baptiste Morel, responsable recherche ESG chez Arkéa IS. C’est un marqueur de plus, qui montre que ce qui était l’exception hier devient la règle aujourd’hui. »

Une sélectivité trop faible

Le nouvel indice ne devrait pourtant pas bouleverser son quotidien. « Dans notre activité de gestion, nous préférons comparer à des indices classiques nos fonds d’investissement durable, car nous les considérons comme tout aussi performants, voire plus, que des fonds classiques, explique-t-il. Ensuite, le CAC 40 n’est pas un indice que nous utilisons beaucoup. Nous gérons des fonds européens et privilégions l’Euro Stoxx50 ou Large, ou d’autres indices plus internationaux. » Trop français, le CAC 40 ESG pourrait être aussi… trop peu sélectif, même s’il exclut certaines activités telles que le tabac, le charbon et les armes. « Pour nos fonds indiciels, nous avons participé à la création d’indices ESG de Thomson Reuters, raconte Jean-Baptiste Morel. Or nous sommes à un niveau d’exclusion de 75 % de l’univers d’investissement, plutôt que des 20 % pratiqués dans le CAC 40 ESG. La gestion des controverses est clairement intégrée dans nos indices et peut entraîner l’exclusion d’une société. Ma crainte, avec le CAC 40 ESG, serait de retrouver de grandes entreprises controversées ou présentant une performance extra-financière insuffisante dans ces portefeuilles indiciels ESG. » Aligné sur les exigences actuelles du label ISR et de la réglementation AMF, qui fixent à 20 % la réduction minimale de l’univers d’investissement pour la gestion des fonds, l’indice ESG CAC 40 semble déjà distancé par les exigences d’autres réglementations et de labels étrangers. 

Géraldine Dauvergne