Actualités

Etude

Les investisseurs veulent plus de conseils en matière d’ISR

16 octobre 2018 - fundsmagazine.fr

L’étude «Schroders Global Investor Study 2018», pour laquelle plus de 22 000 investisseurs de 30 pays ont été interrogés, montre que les inquiétudes sur les rendements à long terme des investissements responsables sont largement minoritaires. Les investisseurs européens sont les moins préoccupés à l’échelle mondiale, 23 % seulement d’entre eux craignant qu’un investissement durable ne nuise aux rendements, les plus inquiets étant les investisseurs en Asie (29 %). En particulier, les investisseurs en Chine (39 %), en Indonésie (38 %) et en Thaïlande (34 %) l’ont identifié comme un obstacle à l’investissement durable. Les moins inquiets sont les investisseurs au Japon (13 %), au Danemark (18 %), en France (19 %), en Belgique (19 %) et en Allemagne (20 %).
Les principales préoccupations exprimées par les investisseurs français sont le nombre limité d’investissements durables disponibles (27 %), le besoin de conseils plus largement disponibles sur les investissements durables (26 %) et la clarté sur l’approche durable des fonds disponibles (25 % indiquent manquer d’information à ce sujet).
L’étude confirme que l’investissement durable continue de croître à l’échelle mondiale, 64 % des investisseurs ayant augmenté leurs allocations au cours des cinq dernières années. Cette tendance reflète le fait que 76 % des investisseurs dans le monde déclarent que l’investissement durable a pris de l’importance pour eux au cours de la même période. Plus particulièrement, les plus jeunes, dont les Millennials (25 à 34 ans), sont les plus susceptibles d’avoir augmenté leur exposition aux placements durables au cours des cinq dernières années.
La France s’inscrit globalement dans la tendance mondiale : 77 % des investisseurs déclarent que l’investissement durable a gagné en importance pour eux, et 68 % affirment avoir augmenté leur allocation au cours des cinq dernières années. Les tendances des groupes d’âge suivent un profil assez similaire aux résultats mondiaux mais sont un peu plus homogènes, avec respectivement 65 % des 18-24 ans et 72 % des 25-34 ans ayant augmenté leurs investissements durables, contre 51 % des 65 ans et plus. n