Actualités

ESG

Total donne des gages aux investisseurs responsables

07 mai 2020

Alors que son assemblée générale (AG) se tiendra à huis clos le 29 mai prochain, Total multiplie les gestes en direction de ses actionnaires les plus sensibles aux questions environnementales. Le géant pétrolier a fait un premier pas fin avril en proposant que ses statuts soient modifiés pour inscrire la prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux dans les missions de son conseil d’administration. Une décision dont s’est félicité Phitrust : le gérant y voit le résultat du dialogue actionnarial qu’il mène depuis 2011, date à laquelle il avait échoué à déposer une résolution externe contre l’exploitation des sables bitumineux au Canada. Le deuxième pas de la major française a eu lieu le 5 mai : elle s’est engagée à atteindre la neutralité carbone à horizon 2050. Un engagement directement issu des échanges avec les investisseurs de la coalition internationale Climate Action 100 +, dont les chefs de file sur le dossier Total sont BNP Paribas AM et l’américain Federated Hermes.

Une résolution environnementale

Enfin, toujours le 5 mai, Total a accepté d’inscrire à l’ordre du jour de son AG – mais sans la soutenir – la résolution externe proposée par un groupement de 11 sociétés de gestion et portant sur sa stratégie climatique. Une première en France (lire Option Finance n° 1555). Pour les investisseurs à l’origine de l’initiative, coordonnés par Meeschaert AM, cette résolution permettrait d’aller un cran plus loin. «Les annonces vont dans le bon sens, mais Total n’a pas parcouru la totalité du chemin, réagit Aurélie Baudhuin, directrice générale déléguée de Meeschaert AM. Par exemple, il s’engage sur une neutralité carbone d’ici 2050 pour sa production elle-même et pour les produits énergétiques qu’il vend à ses clients – ce qui est une avancée –, mais sur le seul périmètre européen, alors que c’est aussi un enjeu dans le reste du monde. Autre exemple, il prévoit de réduire de 60 % son intensité carbone, c’est-à-dire les émissions de CO2 rapportées à sa production : cet engagement devrait être pris non pas en relatif mais sur un niveau absolu d’émissions. Enfin, il nous semble important d’inscrire ces engagements dans les statuts de l’entreprise afin de pérenniser la démarche au-delà des dirigeants actuels.» Pour être adoptée, la résolution du groupement devra toutefois être soutenue par les deux tiers des actionnaires le 29 mai. Une issue qui reste peu probable.