Actualités

Fintech

Yomoni veut doubler ses encours en 2020

Funds Magazine - 25 février 2020

 

La fintech spécialisée dans la gestion indicielle affiche des encours sous gestion de 200 millions d’euros. Après avoir gagné 6 000 nouveaux mandats en 2019, elle démarre l’année sur une bonne dynamique portée par des performances solides. Les neuf profils gérés via l’assurance vie maison affichent en effet des hausses s’étageant de 3,6 % pour le moins risqué à 23,4 % pour le plus agressif, hors frais du contrat mais net de frais de mandat. Pour répondre aux attentes de la clientèle, Yomoni intègre des supports ISR dans sa gestion. Ces derniers comptent pour environ la moitié de son allocation en compte-titres, un peu moins sur l’assurance vie. «Nous avons vocation à atteindre 100 % d’ETF ISR mais nous sommes limités par plusieurs contraintes, explique Sébastien d’Ornano, président de Yomoni. L’offre d’ETF obligataires ISR est encore faible. De plus, nous nous engageons sur un taux de frais sur encours maximum de 30 points de base dans nos portefeuilles, ce qui est incompatible avec des produits ISR actuellement plus onéreux.»

Pour 2020, la société compte sur plusieurs projets pour porter sa collecte, notamment le développement de son activité B2B. Outre les partenariats existants, à destination des CGPI avec Vie Plus, des chefs d’entreprise avec Generali Epargne Salariale et des particuliers avec Linxea, elle gère depuis le début de l’année un mandat sur les pays émergents au sein de Navig’Options, un contrat du Crédit Mutuel de Bretagne. Côté B2C, l’offre est simplifiée avec la disparition de la marque Society et un PERIN maison doit être bâti dans le courant de l’année. L’ambition ? Doubler les encours d’ici la fin de l’année.