Allocation

Où investir

Actions européennes : un rebond à confirmer

Option Finance - 20 mars 2017 - Audrey Spy

Actions européennes

Actions européennes : un rebond à confirmer

Depuis le début de l’année, les performances sur les Bourses européennes restent positives alors même que le risque politique alimente de plus en plus la crainte des investisseurs. Si cette dernière venait à être levée, le rebond des marchés pourrait être important, notamment sur plusieurs thématiques d’investissement.

Catherine Garrigues, responsable gestion actions européennes, Allianz Global Investors
Allianz Global Investors

Contre toute attente, les actions européennes affichent un très bon début de parcours boursier en 2017. L’Euro Stoxx 50, indice cumulant la performance des 50 plus importantes valeurs de la zone euro, ou encore le MSCI Europe, reflétant les résultats de près de 500 valeurs européennes, enregistrent respectivement une hausse de 4,54 % et de 3,59 % depuis le début de l’année. Du côté des marchés nationaux aussi, les performances sont au beau fixe. En France, le CAC 40 progresse de 3,11 % depuis le 1er janvier, tandis qu’en Allemagne, le DAX culmine à 5,24 %. Malgré le Brexit, même le Royaume-Uni n’a pas décroché puisque le FTSE 100 enregistre un gain de plus de 3,82 % sur les dix premières semaines de l’année. «Après un léger repli en janvier, les Bourses européennes ont poursuivi leur progression entamée à partir de mi-2016, constate Catherine Garrigues, responsable de la gestion actions européennes chez Allianz Global Investors. Cela nous a surpris car nous craignions qu’elles soient stoppées dans leur élan en raison du risque politique et d’une désaffection encore plus prononcée des investisseurs internationaux.»

Ces derniers s’étaient en effet déjà retirés du marché depuis quelques mois. «Après avoir massivement investi en 2015 à la suite de la mise en place du programme d’assouplissement quantitatif par la BCE, les investisseurs étrangers ont ensuite pris leurs profits et déserté les Bourses européennes en 2016», poursuit Catherine Garrigues. La recrudescence du risque politique depuis le référendum en faveur du Brexit a en effet eu raison de leur intérêt pour la zone.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner