Allocation

Eric Donnet, directeur général, Groupama Immobilier

« Avec 38 % de forêts sur ses territoires, la France bénéficie d’un solide avantage compétitif. »

Funds Magazine - 26 février 2021 - Propos recueillis par Audrey Corcos

Immobilier

"L’ancrage territorial historiquement très fort de notre groupe a rendu naturels ces investissements. Troisième investisseur, depuis quinze ans nous avons planté environ 10 millions d’arbres, soit 700 000 par an.

Eric Donnet, directeur général,

Groupama Immobilier

Vous êtes présents depuis 1927 dans les forêts. Quelle est votre stratégie sur ces actifs ?

Avec 38 % de forêts sur ses territoires, la France bénéficie d’un solide avantage compétitif, dont l’ensemble des acteurs doit mesurer la portée.

L’ancrage territorial historiquement très fort de notre groupe a rendu naturels ces investissements. Troisième investisseur, depuis quinze ans nous avons planté environ 10 millions d’arbres, soit 700 000 par an. Nous possédons une connaissance unique du monde des végétaux, car nous avons choisi d’internaliser l’ensemble du savoir-faire.

Acteur intégré, nous intervenons à la fois en amont de la chaîne de valeur, avec la détention de forêts, et en aval, avec la construction en bois. Après avoir souffert d’une forme de désamour, cette dernière activité bénéficie d’un retour en grâce depuis moins de cinq ans. Néanmoins, le bois utilisé en France dans les constructions provient encore trop souvent d’Allemagne ou d’Autriche. Une démarche environnementale « best in class » implique que les matériaux de construction biosourcés soient issus des forêts françaises. C’est ce que nous nous employons à accomplir pour le futur village olympique de Paris 2024, réalisé avec Nexity, Eiffage et CDC Habitat. Le bois provient de nos forêts et de celles détenues par la Société Forestière de la Caisse des Dépôts.

Quels sont les risques et challenges sur ces actifs ?

Le premier risque est d’ordre climatique. Il ne peut être que partiellement couvert par l’assurance.

Le second risque est d’ordre sanitaire. Depuis plus de deux ans, les forêts d’épicéas souffrent d’une épidémie de scolytes, qui pourrait toucher demain d’autres essences. Quand ce type d’événement survient, il est essentiel que les décisions soient prises collectivement pour freiner l’épidémie. Malheureusement, la filière bois en France n’est pas suffisamment structurée. La reconstruire en...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner