Allocation

Où investir

Dette corporate : les investisseurs face au nouveau QE

Option Finance - 23 septembre 2019 - Séverine Leboucher

BCE, Investisseur

Dette corporate : les investisseurs face au nouveau QE

En annonçant un nouveau programme de rachat d’actifs, la BCE a confirmé les anticipations des marchés. Mais après des mois de baisse de taux et de compression des spreads des obligations d’entreprises, la marge de manœuvre pour les investisseurs obligataires en quête de rendement se réduit comme peau de chagrin.

Pour son avant-dernière conférence de presse comme président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi n’a pas voulu décevoir les marchés. En annonçant le 12 septembre la mise en œuvre d’un programme de rachats d’actifs à partir du 1er novembre prochain, le banquier central a ainsi donné raison aux acteurs de marché qui avaient lu, dans son discours de Sintra du 19 juin, l’imminence d’un deuxième «quantitative easing» (QE). 

Alexandre Caminade, directeur de la gestion taux, crédit, assurance et convertibles, La Banque Postale Asset Management
La Banque Postale Asset Management

«Mario Draghi a annoncé la reprise de son programme d’achats d’actifs arrêté en décembre 2018, rappelle Alexandre Caminade, directeur de la gestion taux, crédit, assurance et convertibles chez La Banque Postale Asset Management. Le volume mensuel de ces achats sera limité à 20 milliards d’euros, contre 60 au plus fort du premier QE : ce niveau réduit a pu décevoir certains acteurs, mais il est raisonnable car il permet à la BCE de garder une marge de manœuvre en cas de détérioration de la situation macroéconomique. Au final, Mario Draghi a bien répondu aux attentes des marchés.»

L’enjeu était de taille car ces décisions avaient été largement anticipées et déjà prises en compte dans les valorisations. Depuis le début de l’année, on assiste en effet à un véritable rallye sur le marché obligataire. Les indices sur le crédit en euro (obligations corporate émises en euros) ont progressé de 6,5 % pour la partie la mieux notée (investment grade) et de 9,6 % pour le segment plus risqué (high yield).

Vincent Marioni, directeur des investissements crédit Europe, Allianz GI
Allianz GI

«En début d’année, nous avons assisté à une inversion totale du sentiment de marché, souligne Vincent Marioni, directeur des investissements crédit Europe chez Allianz GI.

Fin 2018, les investisseurs s’attendaient à une remontée des...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner