Allocation

Parole d’expert

«Federal Actions Ethiques satisfait à une double sélectivité»

Option Finance - 28 novembre 2016 - Communiqué

ISR

Issu d’un groupe mutualiste, l’ADN de Federal Finance Gestion l’a conduit très tôt à développer une démarche ISR ouverte à toutes les catégories d’investisseurs. Le label ISR obtenu en octobre dernier par le fonds Federal Actions Ethiques en atteste la pertinence.

Raphaël Hoffstetter, gérant du fonds Federal Actions Ethiques, Sabrina Cadalen, responsable de l’ISR, Anthony Dupiellet, gérant du fonds Federal Actions Ethiques.

Quelle est votre approche globale en matière d’investissement socialement responsable ?
Filiale du groupe mutualiste Crédit Mutuel Arkea, il était naturel de nous impliquer dès le début des années 2000 dans la finance responsable. Nous avons enrichi cette approche au fil du temps pour arriver à fin 2015 à un encours ISR de 1,4 milliard d’euros et une équipe de quatre analystes dédiés. La société de gestion adhère aux Principes pour l’investissement responsable (PRI) des Nations unies. Par cette charte, nous nous engageons à intégrer dans nos décisions d’investissement les divers critères relatifs à l’environnement, au social et à la gouvernance. Notre volonté est d’aller plus loin et d’étendre ces valeurs à toute la gestion. A côté de fonds ISR à fort impact, nous proposons aussi une gamme ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance) dont la démarche est commune mais avec des contraintes moindres.

Comment avez-vous implémenté votre approche ISR au process de gestion de votre fonds Federal Actions Ethiques ?
A la différence de beaucoup de fonds ISR en actions de grandes capitalisations européennes, Federal Actions Ethiques investit dans les petites et moyennes capitalisations françaises. Ces sociétés sont assez peu couvertes, en particulier par les agences de recherche extra-financière. Nous avons adapté nos questionnaires et nos enjeux à la spécificité de ce segment de la cote afin de concevoir en interne notre propre système de notation. C’est un savoir-faire unique que nous développons depuis 2005, si bien que nous disposons maintenant d’un historique très important sur cette classe d’actifs. D’ailleurs, Federal Actions Ethiques vient de recevoir le label ISR délivré par Ernst & Young.

L’univers d’investissement reste-t-il suffisamment large après prise en compte des différentes contraintes ?

En France, l’univers d’investissement initial est très riche, il comporte plus de 500 valeurs moyennes cotées réparties sur quasiment tous les secteurs d’activité, que ce soit de la technologie de niche, des industries, de l’environnement etc. En outre, nous développons une approche ISR dite best in class par laquelle nous classons les sociétés les unes par rapport aux autres au sein de chaque secteur d’activité. Le filtre ISR exclut 30 % des sociétés de l’univers de départ. Sur cette base, l’équipe de gestion actions – dédiée – procède à une analyse financière plus classique, notamment au travers de rencontres avec les dirigeants. Son objectif : identifier les sociétés de croissance qui ont un vrai profil de qualité, ce qui correspond d’ailleurs assez bien à la logique ISR. Grâce à ce biais croissance et qualité, nous sélectionnons à la fois des entreprises qui ont un long historique de croissance que nous souhaitons accompagner, et des sociétés beaucoup plus récentes qui développent des technologies de rupture ou sur des applications particulières. Leur historique est plus restreint, mais nous avons la conviction qu’elles possèdent un réel potentiel de développement pour les prochaines années. Au final, les valeurs présentes dans le portefeuille de Federal Actions Ethiques satisfont à une double sélectivité : celle de l’ISR et celle de l’analyse financière et boursière. Sur un univers initial assez large, seules 50 à 60 valeurs moyennes intègrent le portefeuille.

Comment exprimez-vous votre volonté de transparence dans le domaine de l’ISR ?
Nous publions pour l’ensemble de nos fonds ISR un code de transparence dans lequel nous expliquons les critères ESG que nous retenons, comment nous les prenons en compte, comment ils impactent la gestion. Chaque mois, nous publions un rapport ISR qui complète le rapport de gestion habituel. Dans ce document, nous indiquons la note ISR du fonds, celle des dix plus grosses valeurs, nous expliquons pourquoi nous investissons dans une valeur. Et chaque semestre, nous élaborons un document ESG innovant où, par exemple, nous comparons la croissance des effectifs des entreprises en portefeuille par rapport à celle du benchmark, l’empreinte carbone, ou encore des informations en matière de gouvernance ou d’indépendance des conseils.