Allocation

Point de vue

Green bonds : un marché en pleine croissance

Option Finance - 19 septembre 2016 - Communiqué

Green bonds

Les émissions d’obligations vertes sont en plein boom. Marie-Anne Allier, Directeur Adjoint des Métiers Taux et Crédit d’Amundi, nous explique comment elle aborde cette classe d’actifs encore naissante.

Marie-Anne Allier, Directeur Adjoint des Métiers Taux et Crédit d’Amundi

Les green bonds, ces obligations émises pour financer des projets à forte dimension environnementale, ont pris leur essor au début de la décennie. Où en est ce marché ?

Avec un encours total d’un peu moins de 100 milliards de dollars, il reste encore étroit au sein du marché obligataire global, mais sa croissance ne se dément pas : sur les six premiers mois de 2016, le marché primaire a été aussi actif que sur la totalité de l’année 2015. Les émissions publiques ou parapubliques, ultra dominantes dans les débuts, ne représentent plus que 43 % des émissions totales en 2016. Cette année, les plus importantes émissions de green bonds ont été réalisées par la Chine, ce qui est un facteur positif, car la transition énergétique se joue pour une bonne partie dans les pays émergents. On peut aussi voir comme un signe de maturité du marché le fait que certains émetteurs reviennent régulièrement pour financer de nouveaux projets.

Que viennent chercher les investisseurs dans ce type d’actifs ?

Les discussions autour de la COP21 ont attisé l’intérêt pour les green bonds, essentiellement de la part des investisseurs institutionnels. En France, l’article 173 de la loi de transition énergétique leur demande de la transparence sur les risques carbone de leurs investissements. Cela les a par exemple conduits à investir dans des indices actions «low carbon», proposant une diversification sectorielle similaire à celle des indices traditionnels tout en limitant le niveau d’empreinte carbone, mais aussi dans les green bonds. On voit également apparaître chez certains fonds de pension nordiques une demande pour les «impact bonds» : des obligations vertes permettant au détenteur de quantifier l’impact du projet en matière d’économie de CO2.

Ce type d’investissement permet de diminuer le risque carbone qui pourrait à terme impacter certaines entreprises, voire certains pays dont l’économie est fortement liée aux matières premières, tout en présentant le même niveau d’espérance de rendement et de risque crédit qu’une obligation «classique» du même émetteur. 

Comment abordez-vous ce marché ?

Si les «green bond principles» édictés par l’ICMA (association internationale des marchés de capitaux) constituent une première étape dans l’encadrement de ce marché, l’appellation «green bond» ne bénéficie pas aujourd’hui d’un «label universel» et reste un choix de l’émetteur. Nous abordons l’univers d’investissement selon deux angles : tout d’abord, nous filtrons l’univers d’investissement sur la base de la notation environnementale de l’émetteur, pour éviter des sociétés très pollueuses mais présentes sur le marché des green bonds essentiellement pour des raisons d’image. Parallèlement, nous élargissons notre scope d’investissement à des émetteurs dont l’activité est par nature associée à l’amélioration énergétique et écologique, comme les sociétés spécialisées dans les énergies renouvelables, ou encore à des émetteurs «Best in Class» au sein de leur secteur, telle qu’une société en pointe sur la voiture électrique. Amundi est un acteur de longue date en investissement socialement responsable avec près de 160 milliards d’euros1 et s’appuie sur une équipe d’analystes ESG conséquente (17 personnes) et reconnue pour construire ce type de processus d’investissement. 

Une fois l’univers ainsi redéfini, comment gérez-vous votre portefeuille ?

Les caractéristiques de ce marché sont sensiblement les mêmes que celles du marché obligataire classique en termes de diversité des émetteurs et de maturité des émissions notamment. Cet état de fait nous permet d’exprimer nos vues de marché tant par la sélection des émetteurs, le positionnement sur la courbe des taux que dans la pondération entre émetteurs publics et privés selon le niveau des spreads de crédit. Nous gérons les green bonds de la même façon que nos autres actifs obligataires, avec la même exigence de qualité de crédit et la même recherche de performance. Le choix des green bonds ne doit en aucun cas représenter un coût pour l’investisseur. 

1 - Données à fin août 2016

Informations promotionnelles non contractuelles communiquées uniquement à titre d’information, ne constituant ni un conseil en investissement, ni une recommandation, ni une sollicitation de vente. Ce document n’a pas vocation à être diffusé auprès de, ou utilisé par, toute personne, investisseur qualifié ou non, d’un pays ou d’une juridiction dont les lois ou les règlements l’interdiraient notamment les US Persons au sens du Securities Act de 1933. Ce document n’a été revu par aucune autorité de tutelle.Toutes ces informations sont réputées exactes à septembre 2016.  Amundi Asset Management, Société anonyme au capital de 596 262 615 - Société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF n° GP04000036 – siège social 90 boulevard Pasteur, 75015 Paris - France - 437 574 452 RCS Paris – www.amundi.com. septembre 2016