Allocation

Allocation

La classe obligataire révèle sa résilience dans l’adversité

Funds Magazine - 3 juin 2019 - Pierre Gelis

Marché obligataire

La classe obligataire révèle sa résilience dans l’adversité

Les changements de régime, même annoncés et largement documentés, s’avèrent périlleux. Les six derniers mois le rappellent d’autant plus amèrement pour les allocataires d’actifs que les banques centrales se voient contraintes d’intervenir à nouveau sur les marchés, ou de respecter une pause, quand bien même elles préparaient un retour vers des politiques monétaires plus classiques. Heureusement, le marché obligataire n’est plus monolithique mais offre une diversité rassurante.

Le retour de la répression financière confirme désagréablement la difficulté des banques centrales à sortir des politiques monétaires très accommodantes mises en place pour combattre les effets de la crise de 2008. Destinée à éviter l’effondrement de l’économie mondiale, et ce fut un succès, la baisse des taux d’intérêt a aussi impacté positivement le service de la dette, qui a, par exemple pour la France, baissé à 2,5 % de ses recettes en 2018, contre 5,5 % en 2000, bien que l’endettement ait considérablement augmenté. Un retour progressif vers une certaine orthodoxie budgétaire pour les Etats et monétaire pour les banques centrales s’avérait indispensable. Un chemin semé d’embûches car, en achetant moins sur les marchés, les banques centrales ont généré les conditions pour une hausse de la volatilité. Pris à contre-pied, les vendeurs de volatilité ont soldé leurs positions au plus vite, entraînant une remontée des taux d’intérêt et un élargissement des spreads. «La volatilité survient souvent lorsque la banque centrale se retire et que les taux montent. Ce fut le cas au deuxième semestre 2018, car la Fed était en pilotage automatique», explique Antoine Lesné, responsable stratégies et recherche chez SPDR ETF Europe.

L’équation devient compliquée

L’équation devient de plus en plus compliquée, tant pour les responsables de la politique monétaire, qui souhaitent regagner des marges de manœuvre, que pour les investisseurs, dont l’objectif à court terme vise à dégager des rendements à la hauteur de leurs...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner