Allocation

Parole d'expert

«La crise de la Covid-19 a fortement renforcé l’intérêt pour notre stratégie d’infrastructures sociales»

Option Finance - 25 septembre 2020

Le Franklin Templeton Social Infrastructure Fund* propose une approche différenciante pour investir sur la classe d’actifs. Raymond Jacobs, Managing Director de l’équipe Franklin Real Asset Advisors (FRAA), explique sa valeur ajoutée.

Votre stratégie d’investissement, qui est centrée sur les infrastructures sociales, a-t-elle mieux résisté pendant la crise sanitaire ?

L’approche à double rendement que nous avons retenue pour le Franklin Templeton Social Infrastructure Fund – un rendement mesurable du côté de l’impact social et environnemental et un rendement financier au moins égal au taux du marché – a prouvé son caractère défensif au cours des derniers mois. Parmi nos actifs, nous comptons de nombreux hôpitaux et des maisons de retraite. La plupart de ces structures sont restées opérationnelles tout au long de la crise. Dans le cadre de notre processus d’investissement rigoureux, avant d’acquérir un actif, nous effectuons une analyse approfondie pour nous assurer de la qualité des opérateurs avec lesquels nous signons des baux à long terme. Par exemple, durant la pandémie, 98 % des loyers de nos locataires ont donc bien été payés. Et pendant tous ces mois difficiles, nous avons pris contact, à un stade précoce, avec les locataires et opérateurs de nos infrastructures sociales afin de déterminer les procédures qu’ils ont suivies pour éviter la propagation de la Covid-19 et d’offrir notre assistance en cas de besoin.

En termes d’univers d’investissement, nous pensons que cette crise a fait naître des opportunités importantes pour les stratégies comme la nôtre. En outre, il y a eu une prise de conscience croissante de la nécessité d’investir davantage dans les systèmes de soins de santé et les établissements d’enseignement, car les investissements publics disponibles ne sont tout simplement pas suffisants pour améliorer ces services sociaux essentiels. C’est pourquoi le secteur privé a un rôle de premier plan à jouer. Nous avons constaté un intérêt croissant des investisseurs pour les stratégies d’infrastructures sociales, qui sont par nature en position défensive et offrent des flux de trésorerie stables à long terme et liés à l’inflation, ainsi qu’une corrélation plus faible avec le PIB sur le plan financier, et des changements environnementaux et sociétaux positifs dans les communautés sur le plan de l’impact.

Vous venez de publier le premier rapport d’impact de votre stratégie. Pouvez-vous nous en dire un mot ?

Ce rapport a été pour nous l’occasion d’expliquer aux investisseurs les bases de l’approche que nous avons mise en place dans le cadre du Franklin Templeton Social Infrastructure Fund, lancé il y a deux ans. Nous y détaillons notamment le socle sur lequel nous nous appuyons pour mesurer l’impact de nos investissements, ainsi que la manière dont nous communiquons et nous nous engageons sur le long terme avec l’ensemble des parties prenantes (opérateurs avec lesquels nous signons des baux, collectivités publiques, communautés qui bénéficient des infrastructures que nous finançons).

Pourriez-vous illustrer votre approche d’investissement par un cas concret ?

Dans de nombreux cas, les actifs que nous achetons n’ont pas été entretenus de manière optimale et ont besoin d’un alignement du capital à long terme qui soutient les services sociaux assurés à l’intérieur des propriétés. Notre objectif est d’apporter aux locataires et à la communauté des améliorations environnementales et/ou sociales.

Prenons l’exemple de l’un de nos actifs, situé sur le Lido de Venise, qui regroupe une maison de retraite et un hôpital. Alors que ces infrastructures sociales couraient le risque d’être fermées et potentiellement converties à des fins hôtelières et résidentielles, nous avons pu, lors de l’acquisition, maintenir et améliorer les services de santé pour la collectivité en signant des baux à long terme avec deux nouveaux exploitants de santé, qui ont depuis lors géré les établissements avec succès. Par ailleurs, nous avons collaboré avec les collectivités locales et les opérateurs pour créer une nouvelle ligne de taxi bateau desservant directement le site pour une meilleure accessibilité, à la fois pour les personnels de santé, malades et  visiteurs.

Allez-vous prochainement concrétiser de nouveaux investissements ?

Les confinements nationaux ont momentanément mis en sommeil nos réalisations d’acquisitions mais, depuis mai, nous avons activement repris la due diligence des nouveaux investissements, notamment en Allemagne, au Royaume-Uni et en Italie. La France fait partie des pays où nous souhaiterions investir et nous recherchons activement des opportunités. Mais nous avons une idée bien arrêtée du prix que nous sommes prêts à payer pour les actifs et du niveau de retour sur investissement que nous devons atteindre car, outre notre objectif d’impact, un rendement financier au niveau du marché est tout aussi important. Nous espérons réaliser notre premier investissement en France en 2021, sous réserve des conditions du marché.

En savoir plus : 

www.franklintempleton.fr/infrastructure-sociale

*Franklin Templeton Social Infrastructure Fund, SCA SICAV-RAIF est un fonds ouvert SICAV-RAIF, domicilié au Luxembourg.