La crise va redessiner l’univers de la pierre papier

Immobilier

La crise va redessiner l’univers de la pierre papier

Funds Magazine - 7 mai 2020 - Audrey Corcos

Immobilier, SCPI

La crise sanitaire inédite liée à l’épidémie de coronavirus a des impacts immédiats sur les fonds immobiliers. Certains locataires (en particulier les commerces non indispensables et hôtels) souffriront d’une baisse d’activité sans précédent sur 2020. Si beaucoup d’incertitudes demeurent quant aux impacts précis de cette crise, il est certain que le besoin de sécurité des investisseurs sera plus que jamais prégnant à l’avenir.

L'économie française est entrée en récession au premier trimestre 2020. D’après la Banque de France, le PIB s’est replié de 6 %, soit la pire performance trimestrielle depuis 1945. Cette situation fait peser une grande menace sur les revenus locatifs perçus par les fonds immobiliers. Dès le début de la crise, l’ASPIM (Association française des sociétés de placement immobilier) a demandé à ses adhérents de prendre des mesures d’accompagnement pour les locataires en suspendant les loyers des TPE-PME en difficulté. 

Une communication généralement transparente

Quasiment toutes les sociétés de gestion ont été réactives dès le début de la crise. Olivier Grenon-Andrieu, président-fondateur du cabinet Equance, souligne : «Elles ont généralement communiqué de façon transparente, en indiquant l’impact de la crise sur leurs fonds.» Toutefois, ce sont souvent les acteurs historiques, bénéficiant de moyens plus conséquents, qui ont délivré les informations les plus détaillées. Ainsi, la société Atland Voisin a énoncé les impacts, en particulier sur ses deux SCPI les plus concernées, Immo placement et Foncière Rémusat. Elles comprennent une grande proportion d’actifs de commerce et de TPE/PME locataires. De même, AEW Europe a signalé que ses deux SCPI spécialisées dans le commerce, Pierre Plus et Actipierre Europe, verront surtout leurs revenus impactés. Quant à Amundi Immobilier, il a eu recours à un scénario maximaliste pour évaluer que le taux de recouvrement des loyers perçus par ses fonds atteindrait 70 % en 2020. 

En revanche,...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Pierre Leroy, président de la French Proptech et co-fondateur de la start-up EP, fournisseur de données immobilières

«Le monde de l’asset management devra se transformer.»

Benoît Le Pape, responsable obligations convertibles de Schelcher Prince Gestion

L’environnement de marché est favorable aux obligations convertibles