Allocation

Fonds de référence 2014

Actions

Funds - Novembre 2014 - Pierre Gelis et Catherine Rekik

Actions américaines, Actions européennes, Actions émergentes

Comparativement aux obligations souveraines, les actions devraient continuer à générer des rendements attractifs au cours des prochaines années. Mais si les actions offrent des perspectives intéressantes sur le long terme, les investisseurs doivent être conscients que la volatilité est en principe inhérente à la classe d’actifs. D’autant plus que les incertitudes sont encore nombreuses sur les différents marchés.

Pourquoi investir dans les actions ?

La rentrée a été difficile pour les marchés actions. Quelques indicateurs mal orientés aux Etats-Unis, la détérioration de la conjoncture économique en Allemagne et les craintes sur la Chine ont entraîné une correction importante sur les marchés. Correction qui a néanmoins été suivie d’un rebond rapide, notamment aux Etats-Unis. «D’un point de vue macroéconomique, l’environnement est plutôt favorable à la classe d’actifs. La croissance est solide aux Etats-Unis et, si la zone euro a déçu, elle n’est pour autant pas retombée en récession. Il y a sans doute un excès de pessimisme dans la perception de la réalité en Europe», explique David Ganozzi, gérant chez Fidelity.

Plusieurs raisons justifient d’investir dans les actions, notamment la faiblesse des taux et les niveaux de valorisation des marchés. «Les actions ne sont pas spécialement bon marché, mais il n’y a pas non plus de signaux négatifs sur les valorisations», indique David Ganozzi.

Quels marchés et quelles stratégies privilégier ?

A partir de septembre 2013, les investisseurs ont commencé à arbitrer les marchés américains, considérés comme trop chers, pour revenir sur les marchés européens. Mais depuis le printemps, un mouvement inverse s’est amorcé au fur et à mesure que les perspectives de reprise économique en Europe, et donc les perspectives bénéficiaires des sociétés, s’éloignaient. Dans ce contexte, de nombreux gérants ont augmenté leur exposition aux marchés américains, pourtant les mieux valorisés en termes de PER. «Les bénéfices du S&P 500 sont au-dessus des...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner