Allocation

Obligations

Le placement en obligations reprend son souffle

Funds - Février 2014 - Pierre Gelis

Taux d'intérêt, Obligations, Classes d'actifs, Fonds d'obligations flexibles

Le placement  en obligations reprend son souffle

Que se passe-t-il ? Les anticipations de hausse des taux d’intérêt à long terme ont rarement recueilli un consensus aussi élevé qu’actuellement. Malgré ce très fort sentiment de baisse à venir sur la valeur des obligations, la classe d’actifs ne subit pas les vagues de vente tant redoutées.

Trois raisons principales expliquent la résistance des obligations à la hausse des taux d’intérêt. Tout d’abord, la réglementation de nombreux investisseurs institutionnels limite singulièrement leur possibilité d’arbitrage vers d’autres supports d’investissement. Ensuite, la faible volatilité des obligations continue à séduire les investisseurs qui ne supportent pas les fluctuations du cours des actions, des matières premières ou des devises. Les obligations constituent aussi un actif refuge si le scénario d’une croissance économique défavorable aux actifs à revenu fixe ne se concrétise pas. Enfin, les gestionnaires estiment disposer de la capacité à faire face au changement de paradigme.

Chez Franklin Templeton Investments, on explique ainsi qu’une approche d’investissement dénuée de contraintes et axée sur les obligations mondiales permet aux investisseurs de se positionner de manière défensive vis-à-vis du risque de taux d’intérêt, tout en tirant parti des opportunités dans le monde entier. En effet, relève Ibrahima Kobar, directeur gestion taux de Natixis AM, «les investisseurs pensent que plus ils donnent de contraintes, mieux ils vont contrôler le risque. C’est faux, car cela fait cumuler des risques sur les mêmes émetteurs et les mêmes notes. Pour parer à cela, la diversification est la meilleure solution».

Les banques centrales ont rassuré les marchés

rendement des obligations à 10 ans

Les gestionnaires tablent sur un avenir moins chahuté que les années précédentes, car les discussions sur l’arrêt du quantitative easing ont été...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner