Allocation

Tendance

Les fonds sur la thématique sociale se multiplient

Option Finance - 4 juin 2021 - Séverine Leboucher

Des véhicules centrés sur le capital humain, la réduction des inégalités ou encore le progrès social ont vu le jour ces derniers mois. Si la prise de conscience de l’importance du pilier S de l’ESG a été progressive, la crise sanitaire l’a nettement accélérée. Pour les gérants, ce type d’approche permet de mieux gérer les risques mais aussi de cibler des entreprises plus performantes. Reste à convaincre les clients, qui n’en sont qu’au début de leurs réflexions.

Parent pauvre de l’investissement responsable, le pilier social de l’ESG gagne en visibilité ces derniers mois. L’une des manifestations de cette tendance est le lancement récent de plusieurs fonds thématiques centrés sur un sujet social. Pictet AM a par exemple créé en décembre dernier Pictet Human autour de la thématique du bien-être. Début mai, c’est Edmond de Rothschild AM qui a lancé une stratégie autour de la notion de capital humain et la semaine dernière, Sycomore a élargi sa gamme en créant un fonds sur l’emploi inclusif. D’autres gérants ont également repositionné certains véhicules pour mieux appréhender le thème, à l’image de BNP Paribas, qui a transformé en février son fonds « Human Development » en « Inclusive Growth », ou encore d’Axa IM, avec son fonds « Women Empowerment » devenu en avril « Social Progress ».

Si l’essentiel de ces stratégies porte sur l’univers des actions, des réflexions sont aussi en cours dans la sphère obligataire. Amundi vient par exemple de créer successivement un fonds dédié aux social et sustainability bonds – dont les green bonds sont les équivalents dans le domaine environnemental – et un fonds obligataire sur la transition climatique juste. Ce dernier cible des émetteurs engagés sur des objectifs environnementaux mais sans occulter les facteurs sociaux. Au total, selon le décompte effectué par Novethic pour la France, le nombre de fonds durables dédiés à des thématiques sociales est passé de 33 en juin 2020, gérant 10 milliards d’euros d’encours, à 45 en mars 2021, pour 16 milliards d’euros sous gestion. Sans être une explosion – on est encore loin des 124 fonds thématiques environnementaux –, la dynamique semble bien présente.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner