Allocation

Actions japonaises

Les gérants sereins face à l’après-Abe

Option Finance - 18 septembre 2020 - Séverine Leboucher

Actions, Japon

Fin août, Shinzo Abe a démissionné de son mandat de Premier ministre du Japon qu’il occupait depuis près de huit ans. Il est remplacé par Yoshihide Suga. Une rupture qui intervient alors que l’économie nippone doit se relever de la crise sanitaire. Mais la situation n’inquiète pas les gérants qui continuent de trouver sur la Bourse de Tokyo des entreprises riches en cash et bien positionnées pour profiter de la reprise.

Une page vient de se tourner pour le Japon : après un mandat record de huit ans et une politique réformatrice si atypique qu’elle porte son nom – les «Abenomics» –, le Premier ministre Shinzo Abe a démissionné fin août pour raisons de santé. Le 14 septembre, son successeur, Yoshihide Suga, a été désigné pour achever son mandat, au moins jusqu’en septembre 2021. Une passation de pouvoirs en pleine crise économique et sanitaire qui n’inquiète pourtant pas les spécialistes de la Bourse japonaise. «Yoshihide Suga s’inscrit dans la continuité de Shinzo Abe, dont il a toujours été très proche : il va poursuivre la politique de soutien à l’activité économique de son prédécesseur, commente Jean-François Chambon, gérant actions Japon et Asie chez Aviva Investors France. Les Japonais ont compris qu’il faut éviter de retomber dans la situation d’avant Shinzo Abe, lorsque les Premiers ministres ne restaient pas en poste plus d’un an. Ils vont privilégier la continuité : après les “Abenomics”, on devrait assister à des “Suganomics” !» Et ce, d’autant plus que l’autre artisan de la politique du Premier ministre sortant, le gouverneur de la Banque du Japon Haruhiko Kuroda, reste en place jusqu’en 2023.

Des ajustements à la marge

De fait, la Bourse est restée de marbre face à ces mouvements politiques. «A l’annonce de la démission de Shinzo Abe, le Topix, l’indice large de la place de Tokyo, a reculé de 2,5 % mais il s’est tout de suite repris : les marchés n’ont aucun doute que la politique de relance, à la fois...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner