Allocation

Crédit corporate

Les gestions obligataires affectées par le manque de liquidité

Option Finance - 3 septembre 2018 - Sandra Sebag

gérant, Investissement

Les gestions obligataires affectées par le manque de liquidité

Le programme d’intervention de la Banque centrale européenne (BCE) a conduit à des rachats massifs des titres obligataires émis par les entreprises non financières. Les gérants ont ainsi depuis quelques mois un accès limité à ces actifs alors que déjà de façon structurelle ce marché avait été affecté par les changements réglementaires encadrant les banques d’investissement. Pour y faire face, les gérants ont dû revoir leur politique d’investissement.

Si la politique de quantitative easing (QE) mise en place par la Banque centrale européenne (BCE) a permis de soutenir les marchés actions de la zone euro et plus généralement les économies européennes, elle a – a contrario – fortement contraint l’activité des gestionnaires spécialisés dans le crédit.

Alban Tourrade, responsable gestion obligataire crédit euro, Aviva Investors France
Aviva Investors France

«Depuis deux ans, la BCE achète du crédit, rappelle Alban Tourrade, responsable gestion obligataire crédit euro, chez Aviva Investors France. Elle a acquis près de 15 % du stock du crédit Investment Grade non financier émis en euros.» Des achats très conséquents qui interviennent alors que les marchés obligataires ont déjà vu leur liquidité se réduire de façon continue ces dernières années en raison des changements réglementaires affectant les banques, et plus particulièrement les divisions spécialisées dans la banque de financement et d’investissement. Les desks des BFI ont en effet réduit leurs interventions en tant que «market makers». «Les banques d’investissement étaient pendant longtemps les principales pourvoyeuses en liquidités sur le marché obligataire, relate Alban Tourrade. Mais la réglementation les pousse à prendre moins de risques. Elles ont ainsi dû réduire leur bilan dédié à cette activité et sont donc plus réticentes à fournir de la liquidité sur le marché du crédit.» Les volumes, la taille des ordres, les interventions des BFI comme contreparties… tout a été revu à la baisse.

Plus de portage

Par conséquent, les gérants spécialisés dans la gestion crédit, mais aussi les...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner