Allocation

David Benamou, directeur des investissements, Axiom Alternative Investments

"Les obligations financières présentent aujourd’hui un couple rendement/risque attrayant"

Funds Magazine - 26 mai 2015 - Propos receuillis par Pierre Gelis

Obligations financières

La rédaction de Funds Magazine interroge David Benamou, directeur des investissements chez Axiom Alternative Investments, sur sa stratégie vis-à-vis des obligations financières.

David Benamou, directeur des investissements, Axiom Alternative Investments

Quel est le principal avantage des obligations financières ?

Les obligations financières présentent aujourd’hui un couple rendement/risque attrayant. La crise de 2007-2008 a provoqué à la fois un choc et une révolution au sein du secteur bancaire, qui de ce fait supporte encore une sorte d’aversion, de méfiance. Certaines obligations traitent en conséquence avec des marges de crédit supérieures à ce que l’on peut trouver sur le secteur des entreprises du secteur privé non financier. L’investisseur bénéficie aujourd’hui d’un surplus de marge sur ces obligations financières.

Ce supplément de rémunération est-il justifié ou non, existe-t-il un risque important ?

Du plus sûr au plus risqué, on trouve au passif du bilan d’une banque les dépôts des clients, puis la dette senior, puis la dette subordonnée et ensuite les actions. Sur les dettes seniors et à qualité égale, les marges sont actuellement très fines, de l’ordre de 20 à 50 points de base selon la notation. En revanche, si vous regardez le segment le plus risqué, celui de la dette subordonnée, vous pouvez trouver des écarts de rendement qui peuvent aller de 100 à 300 points de base sur certains types d’émetteurs par rapport à leurs équivalents du côté des entreprises privées comme GDF Suez. Grâce à cet écart de rémunération, nous avons dans Axiom Obligataire des rendements qui se situent entre 6,5 % et 7 %.

Peut-on avoir confiance en la solidité des banques ?

Lorsque la BCE a pris le contrôle de la supervision bancaire en 2014, elle a commencé par réviser la qualité des portefeuilles d’actifs, ce qui a consisté à vérifier et à homogénéiser les définitions comptables des prêts performants et non performants à travers...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner