Asset Management

Marché actions

Les rotations sectorielles se multiplient

Option Finance - 26 février 2021 - Sandra Sebag

Bourse

Le rebond des marchés, engagé après le printemps dernier et surtout en fin d’année, n’a pas profité à tous les secteurs. Ainsi, à partir de novembre, les valeurs dites décotées ont-elles progressé, alors que les investisseurs prenaient temporairement leurs bénéfices sur celles de croissance. Auparavant, les valeurs cycliques avaient entamé un rebond face à des défensives en retrait. Des retournements de tendance qui pourraient bien se poursuivre.

Après une année 2020 particulièrement difficile pour les marchés actions en Europe, 2021 apporte des perspectives plus réjouissantes. Entre le 1er janvier et le 15 février, l’indice Eurostoxx 50 avait déjà progressé de 4,02 %. Et il en va de même des grands indices locaux. Le CAC 40 a gagné sur la période 3,11 %, le Dax 2,74 %. Cette amélioration du climat des affaires sur les bourses européennes s’accompagne d’un phénomène très attendu par les gérants : le rattrapage tant espéré des valeurs dites décotées (ou value). Un changement de tendance qui a démarré au mois de novembre 2020. En effet, après un début d’année dominé par la prudence sur les marchés actions, l’annonce le 8 novembre dernier par le laboratoire Pfizer de la mise à disposition d’un vaccin très efficace contre la Covid-19 a radicalement modifié les anticipations des agents économiques et financiers. Depuis lors, le scénario central des stratégistes et des économistes repose sur une reprise au premier semestre 2021 qui devrait fortement s’accélérer dans la seconde partie de l’année, lorsque les pays développés auront vacciné la majorité de leurs populations. Cette accélération pouvant même se traduire par une reflation des économies développées, appelée scénario « goldilocks » ou boucles d’or. « Comme en 2018, le scénario “boucles d’or” refait surface, confirme Michel Saugné, directeur de la gestion chez Tocqueville Finance. Il repose sur une croissance vigoureuse accompagnée d’une reprise contrôlée de l’inflation. Cette nouvelle perspective s’appuie sur des indicateurs PMI orientés à la hausse et une consommation qui devrait rebondir sur fond de réouverture des économies. »

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Bryan Petermann, gestionnaire de portefeuille, Muzinich

La duration s’impose comme critère de gestion sur le high yield

Tom Ross, gérant de portefeuilles d’obligations d’entreprise chez Janus Henderson Investors

« Il faut descendre sur les notations B et CCC »