Allocation

Macroéconomie

L’horizon s’éclaircit pour le marché français

Option Finance - 22 mai 2017 - Sandra Sebag

Macroéconomie, Marchés financiers

Depuis le début de l’année, les actions françaises ont progressé de manière spectaculaire, et ce malgré la montée du risque politique qui a freiné les investisseurs durant plusieurs semaines au printemps. Les gérants anticipent désormais une poursuite de la hausse portée à la fois par les fondamentaux économiques et par les réformes promises dans le programme du nouveau président.

Eric Labbé, gérant action, CPR Asset Management
CPR Asset Management

L’élection à la présidence de la République française d’Emmanuel Macron a constitué un signal très positif pour les investisseurs internationaux car elle éloigne le risque politique qui pesait sur la zone euro. Ainsi, selon un fournisseur américain de données EPFR Global, la collecte dans les fonds actions européens a enregistré un record entre les deux tours de cette élection. En une seule semaine (jusqu’au 10 mai), elle a atteint 6,1 milliards de dollars (5,6 milliards d’euros). Et les investisseurs américains ne sont pas les seuls à revenir. «Depuis le 24 avril, les gestionnaires européens réallouent progressivement le cash détenu en portefeuille en faveur des actions européennes», relève ainsi Eric Labbé, gérant action chez CPR Asset Management. Une tendance qui aurait notamment porté sur des titres français, ce qui a soutenu les cours. Le marché boursier français a en effet fortement rebondi entre le 24 avril et le 5 mai, l’indice CAC 40 ayant grimpé de 7,40 %.

Par conséquent, la performance des fonds investis sur les actions françaises est très attractive. Elle ressort en moyenne à 12,52 % entre le 1er janvier et le 5 mai, selon les données de Six Financial Information. Une performance qui n’est pas seulement liée à l’élection présidentielle, mais qui s’explique aussi par une très nette amélioration des fondamentaux à la fois macroéconomiques et microéconomiques. Ces derniers ont permis aux marchés actions de progresser dès le début d’année et cela malgré un risque politique parfois très prégnant, notamment lorsque les sondages anticipaient un possible deuxième tour opposant l’extrême droite et l’extrême gauche.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner