Allocation

Allocation

L’or, miroir de la détresse des investisseurs

Funds Magazine - Octobre 2019 - Pierre Gélis

Allocation

L’or, miroir de la détresse des investisseurs

Jusqu’à présent, l’année 2019 s’avère exceptionnellement porteuse pour les investisseurs, car toutes les classes d’actif affichent des performances d’autant plus flatteuses que 2018 semblait annoncer une consolidation d’importance. La tendance était alors au retour vers une politique monétaire classique. Depuis l’hiver dernier, les investisseurs sont de plus en plus déroutés par les implications à long terme que peut générer le changement de cap des banques centrales vers des taux d’intérêt négatifs. En outre, les craintes d’un ralentissement de la croissance économique montent, attisées par la multiplication des risques politiques. Choix assumé ou pris par défaut, le placement dans l’or revient sur le devant de la scène.

Bienvenue dans un premier temps, la politique monétaire des banques centrales qui consiste à acheter massivement des obligations d’Etat, puis des obligations d’entreprises, et même des actions dans le cas de la banque centrale du Japon, a permis d’éviter un chaos mondial à la suite de la faillite de la banque Lehman Brothers. Mais plus le temps passe – onze ans déjà –, et plus les investisseurs s’aperçoivent que le retour à la fixation des prix par le simple jeu de l’offre et de la demande devient problématique. Facteur aggravant, cette politique de quantitative easing s’inscrit à la fin d’une longue période de baisse de l’inflation, commencée au début des années 1980, car elle conforte le penchant naturel des investisseurs en faveur des emprunts d’Etat, placements très rémunérateurs et sans grand risque. Malheureusement pour ces derniers, la martingale ne fonctionne plus : pour obtenir un rendement bien maigre, l’investisseur n’a d’autre choix que de s’exposer à des maturités très longues. A la fin de l’été, l’emprunt d’Etat français à cinquante ans ne délivrait plus que 0,754 % l’an. Autre possibilité, se tourner vers des émetteurs de type entreprise ou pays émergent. Dans les deux cas, l’investisseur accepte une dégradation du rapport rendement/risque d’autant plus forte que le niveau d’endettement ne cesse d’augmenter alors que la sensibilité à toute tension sur les taux d’intérêt devient extrême.

Un actif difficile à évaluer

Dans ces conditions, est-il judicieux d’investir dans l’or, à l’instar de...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi