Allocation

Sam Perry, gérant senior, Pictet AM

"Plutôt que d’essayer d’anticiper les achats du GPIF, nous continuons de sélectionner les valeurs en fonction des fondamentaux"

Funds - Février 2015 - Propos recueillis par Catherine Rekik

Pictet Asset Management, Japon

A l'occasion de son dossier spécial Japon à paraître dans le numéro de février, la rédaction de Funds Magazine a interrogé Sam Perry, gérant senior chez Pictet AM. Ce dernier est "persuadé que nous sommes entrés dans un marché haussier pour une longue période au Japon".

Sam Perry, gérant senior, Pictet AM
Sam Perry

Quels sont les avantages d’un fonds 130/30 comme le Pictet-Japanese Equities Opportunities sur un marché japonais en plein retournement ?

Sam Perry, gérant senior, Pictet AM : Le principal avantage du style 130/30 vient de sa capacité à bénéficier de toute la hausse du marché, car le portefeuille est investi à 100 % en permanence. Il permet de plus de générer de la performance grâce aux arbitrages entre actions. Nous utilisons des pairs trade : lorsque nous prenons une position vendeuse nette sur un titre, nous achetons simultanément une action susceptible de mieux se comporter que l’action vendue. Nous ne prenons pas de position vendeur nette sur un titre surévalué si nous n’achetons pas simultanément une valeur concurrente à fort potentiel. Cette stratégie est valable dans toutes les phases de cycle, que le marché soit en phase haussière ou baissière. Cependant, actuellement, nous avons relativement peu de positions de ce type. En effet, sur les deux dernières années, les actions mondiales ont eu tendance à monter ou à baisser toutes ensemble, dans les marchés mondiaux y compris au Japon, au diapason des banques centrales et des risques géopolitiques. La corrélation entre les valeurs et les secteurs n’a jamais été aussi forte en vingt-cinq ans. Dans ces conditions, prendre des positions en pairs trade apporte moins d’avantages, si bien que le fonds a plutôt été géré en 110/10. Mais 2015 devrait devenir plus favorable à cette stratégie.

Est-il risqué de prendre des positions vendeuses nettes sur certaines actions au moment où le fonds de pension public GPIF multiplie ses achats ?

Sam Perry : Pour l’instant, le fonds de pension GPIF n’est pas le principal acheteur sur la Bourse de Tokyo. Les statistiques montrent que les institutions japonaises sont...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner