Allocation

Régulation 

Réforme de Solvabilité 2 : un bénéfice flou pour les actions

Option Finance - 16 septembre 2019 - Séverine Leboucher

Réforme, Solvabilité 2

Réforme de Solvabilité 2 : un bénéfice flou pour les actions

Au printemps dernier, les régulateurs européens ont décidé d’assouplir la directive Solvabilité 2 pour permettre aux assureurs de davantage investir en actions. Les conditions pour bénéficier de cette mesure ont été finalisées avant l’été et le marché s’interroge désormais sur l’opportunité de saisir cette marge de manœuvre laissée par Bruxelles.

Année après année, le constat est le même : les assureurs n’allouent qu’une part réduite de leur portefeuille aux actions. Fin 2018, dans un contexte de marché très difficile, ces dernières ne représentaient que 7,8 % de leurs investissements selon la récente enquête de l’Af2i, un niveau équivalent à celui de fin 2016 après un pic à 8,7 % en 2017. Pour justifier ce manque d’appétit des assureurs pour les actions, l’argument le plus mis en avant est celui d’un excès de réglementation. De fait, selon les exigences de la directive européenne Solvabilité 2, un assureur doit mettre en regard de ses investissements en actions, des capitaux réglementaires bien plus élevés que pour ses placements obligataires par exemple. Cette charge en capital est déterminée d’après un calcul complexe en appliquant notamment un choc de marché correspondant à une chute de 39 % de la valeur de son portefeuille pour les actions cotées et de 49 % pour les non-cotées.

Des conditions suffisamment flexibles

Un pourcentage qui vient toutefois d’être abaissé à l’occasion d’une révision de la directive au printemps dernier : pour une partie de leur poche actions répondant à certains critères, les assureurs peuvent appliquer un choc réduit de 22 %. «Sous des conditions strictes, les compagnies d’assurance peuvent bénéficier d’une charge en capital de 22 % pour une catégorie d’actions dites “détenues à long terme”, explique Christine Tarral, directrice des affaires financières, prudentielles et comptables de la FFA. Ces conditions ont été précisées...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner