Asset Management

Allocation

Un début d’année difficile pour les gestions flexibles

Option Finance - 3 avril 2018 - Sandra Sebag

Allocation, Gestion flexible

Un début d’année difficile pour les gestions flexibles

Ayant subi de plein fouet les corrections des marchés en janvier et en février, et s’adaptant difficilement à l’évolution des taux, les fonds flexibles, quel que soit leur profil, affichent une performance négative sur les trois premiers mois de 2018. Pour autant, les gérants restent optimistes compte tenu de la conjoncture économique très favorable, même s’ils deviennent plus prudents et mettent en place des couvertures.

La performance des gestions flexibles a nettement marqué le pas début 2018. Toutes les catégories référencées par Morningstar sont en moyenne en territoire négatif depuis le début de l’année alors qu’elles avaient affiché des performances positives l’an dernier. Dans le détail, les fonds flexibles en euro spécialisés dans l’allocation agressive ont délivré la meilleure performance moyenne annuelle l’an passé, à 8,60 %. Les moins bons en 2017 à savoir les produits de la catégorie allocation globale prudente ont tout de même généré un gain moyen de 2,11 % ! Entre les deux, les catégories allocation globale agressive et allocation équilibrée ont enregistré respectivement une progression de 7,4 % et de 6,02 %.

Christophe Moulin, responsable de la gestion multi-actif, BNP Paribas Asset Management
BNP Paribas Asset Management

«2017 a été une année exceptionnelle, la quasi-totalité des classes d’actifs quelle que soit la zone géographique a enregistré des gains, les marchés actions ont été très porteurs, il n’y a pas eu de choc majeur et les tendances ont été faciles à identifier», détaille Christophe Moulin, responsable de la gestion multi-actif chez BNP Paribas Asset Management. Les gérants flexibles ont ainsi pu multiplier les moteurs de performance. «Nous avons misé sur les actions des pays développés et émergents, sur les dettes émergentes et sur le crédit notamment sur le high yield», poursuit Christophe Moulin.

De son côté, le gestionnaire M&G a tiré profit des investissements réalisés dans les actions en Europe et en Asie-Pacifique hors Japon. «Dans ces régions, les expositions respectives...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner