Investisseurs institutionnels

Caisse de retraite

La Cavec accélère sur les investissements responsables

Option Finance - 27 novembre 2020 - Sandra Sebag

Investissement, Investisseurs institutionnels

Après avoir défendu leurs réserves, les caisses de retraite autonomes repensent leur gestion d’actifs. C’est le cas de la Cavec qui, dans ce cadre, souhaite notamment renforcer ses investissements responsables.

Menacées un temps par la réforme des retraites, les réserves des régimes de retraite autonomes devraient être pérennisées. Les conseils d’administration de ces caisses profitent de cette accalmie pour rattraper le retard pris dans leurs travaux. C’est le cas en particulier de la Caisse d’assurance vieillesse des experts-comptables et des commissaires aux comptes (Cavec). «Pendant plusieurs mois, nous avons dû défendre notre modèle et éviter une absorption des réserves des caisses autonomes par le régime dit “universel”. Par ailleurs, nous nous sommes opposés juridiquement au décret de 2017 sur les placements des caisses qui devaient modifier nos règles de fonctionnement, rappelle Michel Giordano, conseiller du président de la Cavec. Nous relevons maintenant des règles édictées en 2002 et allons pouvoir travailler sur un aménagement de notre règlement financier.» En effet, si ces organismes dépendent du code de la Sécurité sociale, ils disposent d’une certaine autonomie de gestion et peuvent ainsi définir leurs propres règles d’investissement. 

Un rendement annuel en moyenne de 7,76% 

Parmi les pistes de changement évoquées par la Cavec figure le développement de l’investissement socialement responsable (ISR). «L’incertitude autour de la réforme des régimes de retraite nous a fait perdre du temps dans l’adoption d’une démarche socialement responsable, poursuit Michel Giordano. Déjà, 10 % de nos encours intègrent cette approche responsable et nous comptons accélérer dans ce domaine.»  La Cavec vient à ce titre de souscrire au fonds Green & Impact Bond France d’Homa Capital à hauteur de 20 millions d’euros. Ce fonds cherche à concilier une performance financière et sociétale en sélectionnant des obligations, privées ou publiques, respectant les Green Bond Principles (GBP), mais surtout il est investi en France. «Les experts-comptables et les commissaires aux comptes génèrent leur chiffre d’affaires principalement au service des entreprises françaises, affirme Michel Giordano. Il était important pour nous de participer, via un apport en financement, à la relance nationale.» Pour l’heure, les réserves de la Cavec s’élèvent à 1,8 milliard d’euros avec une allocation qui se répartit entre 40 % d’obligations (y compris les obligations convertibles), 15 % d’immobilier (physiquement ou sous la forme de pierre papier) et le reste en actions. Des réserves qui ont été particulièrement bien placées. «Nos investissements ont généré un rendement supérieur à beaucoup d’autres, précise Michel Giordano. Il a été en moyenne de 7,76 % par an entre 2007 et 2019. Sur cette période, nous avons battu notre indice de référence composé de 50 % d’actions et de 50 % d’obligations de 14 %. Enfin, notre rendement reste, pour cette année, très largement satisfaisant puisqu’à ce jour il n’a diminué que de 1,5 %.» 

À lire aussi

PODCAST > Joël Prohin, directeur du département gestion des placements à la Caisse des Dépôts

« La rémunération variable de nos gérants est conditionnée par leur performance ESG »

Sophie Elkrief, directrice des investissements et des placements de la Maif

«Il est difficile d’être serein dans un tel contexte»

Alain Pestre, directeur financier de la Caisse d’assurance vieillesse des pharmaciens

«Un investisseur de long terme doit revenir sur les marchés lorsque ceux-ci ont beaucoup baissé»