Investisseurs institutionnels

Interview - Thierry Déau, PDG de Meridiam et président de Finance for Tomorrow

«L’absence de standardisation en finance durable ne doit pas être une excuse pour ne pas agir»

Option Finance - 25 novembre 2019 - Propos recueillis par Séverine Leboucher

Finance verte

Paris accueille cette semaine la 5e édition du Climate Finance Day, un événement créé en amont de la COP 21 dont l’objectif est de mobiliser la communauté financière internationale autour des questions climatiques. L’occasion, pour la Place de Paris représentée par l’association Finance for Tomorrow, de mettre en avant ses projets.

Thierry Déau, PDG de Meridiam et président

de Finance for Tomorrow

Finance for Tomorrow

Les acteurs de la Place de Paris se sont engagés, en juillet dernier, à présenter un calendrier de désengagement du charbon. Face à ces promesses, quel rôle sera amené à jouer Finance for Tomorrow, dont vous prenez la présidence cette semaine ?

La mise en œuvre de ces engagements revient à chaque acteur de la Place de Paris, qu’ils soient émetteurs corporate, banques, assureurs ou encore sociétés de gestion. Aux côtés des fédérations professionnelles, Finance for Tomorrow est chargé de mettre en place un observatoire pour mesurer l’atteinte de ces engagements. Pour cela, nous bénéficions d’une subvention de l’Union européenne, dans le cadre du programme LIFE, qui fait ainsi de la France, un pays pilote sur ces sujets de suivi des pratiques. Mais, au-delà de cet observatoire, il faut faire plus et mieux et s’engager dans cette transition sans attendre. Les efforts doivent aller au-delà de la seule question du charbon, qui est certes un vrai sujet lorsque l’on parle de changement climatique, mais qui n’est qu’un aspect de la finance durable. L’ensemble des thèmes abordés par les 17 Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies doit être couvert, en particulier ceux liés aux infrastructures durables, aux énergies renouvelables, à l’inclusion et aux aspects sociaux.

Les méthodologies permettant d’évaluer l’exposition des acteurs financiers au risque climatique sont très hétérogènes. Faut-il les standardiser ?

Beaucoup d’initiatives sont en cours sur la Place pour développer des outils de mesure de l’alignement des portefeuilles des investisseurs à un scénario de réchauffement climatique de 2°C. On peut par...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi