Investisseurs institutionnels

Tendance

Les investisseurs institutionnels testent le financement participatif

Option Finance - 14 janvier 2019 - Séverine Leboucher

Investisseurs institutionnels

Les investisseurs institutionnels testent le financement participatif

Si, à l’origine, les plateformes de crowdfunding s’adressent aux épargnants individuels, elles intéressent de plus en plus les investisseurs institutionnels. Des assureurs comme des mutuelles n’hésitent plus à consacrer quelques dizaines, voire quelques centaines, de millions d’euros à des prêts octroyés en ligne par ces acteurs. L’objectif : apprendre à connaître ce qui pourrait devenir une nouvelle classe d’actifs.

Le financement participatif, équivalent français du terme «crowdfunding» ou financement par la foule, séduit de plus en plus au-delà des seuls investisseurs particuliers, son périmètre d’origine. Ces dernières années, plusieurs investisseurs institutionnels se sont en effet positionnés sur ce marché émergent. Ils sont notamment attirés par la dette levée par les TPE/PME à partir de plateformes en ligne («crowdlending»). Ainsi, dès 2016, Aviva France a commencé à s’intéresser à ce type de sous-jacent en sponsorisant le fonds «Prêtons ensemble» d’Eiffel Investment Group, avant d’être rejoint par AG2R La Mondiale, la MGEN, Klesia puis la MAIF. Des investissements similaires ont également été réalisés par CNP Assurances, Allianz France ou encore La Banque Postale Assurance, en partenariat avec diverses plateformes, comme October ou WeShareBonds (lire encadré).

Un tout nouveau marché

Le financement participatif est-il devenu une nouvelle classe d’actifs utilisée par les investisseurs institutionnels pour s’exposer aux actifs réels et à l’univers non coté ? Leurs directeurs des investissements se veulent prudents. «C’est un tout nouveau marché, avec des volumes encore faibles, et il faudra du temps avant que l’on puisse parler d’actifs de diversification, nuance ainsi Matthias Seewald, directeur des investissements d’Allianz France. Mais nous souhaitons découvrir ce nouveau marché et accompagner son développement, en complément de ce que fait déjà notre accélérateur de start-up basé à Nice.» Une logique de test partagée par AG2R La Mondiale.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Michèle Lacroix, directrice des investissements du groupe Scor

«Nous réinvestissons à des taux plus élevés que notre portefeuille»

David Simon, membre du comité de direction en charge des investissements, des finances et des risques, AG2R La Mondiale Matmut

«Nous continuons de privilégier une gestion interne de nos actifs.»