Investisseurs institutionnels

Dette privée

Les investisseurs s’inquiètent de possibles contentieux

Option Finance - 8 avril 2019 - Sandra Sebag

Investisseur, Dette

Les investisseurs s’inquiètent de possibles contentieux

La multiplication des levées de capitaux sur la dette privée s’est accompagnée d’un allégement des clauses présentes dans la documentation des prêts. Cette tendance commence à inquiéter les gérants et les investisseurs institutionnels. Avec le ralentissement de la croissance et la probable hausse des taux de défaut, la capacité des asset managers à gérer les contentieux devient centrale.

2017 et 2018 ont été des années exceptionnelles en termes de levées de fonds sur la dette privée. Aux Etats-Unis, la taille du marché des seuls leveraged loans, ces prêts accordés à des entreprises déjà fortement endettées, est désormais équivalente à celle du marché High Yield, soit environ 1 200 milliards de dollars. Cette tendance est mondiale. «Depuis deux ans, les levées de fonds se multiplient en Europe, elles sont le fait d’investisseurs européens et asiatiques, très présents sur ce marché, indique Rémy Chupin, responsable des prêts aux entreprises chez SCOR Investment Partners. Elles atteignent des volumes inédits, notamment sur le “direct lending” (voir encadré). Ces levées ont permis à certains fonds dédiés à ce type d’actifs de réaliser des opérations de financement unitaires de plusieurs centaines de millions d’euros, un montant en forte hausse depuis quelques années.» Face à de tels volumes, les avertissements se sont multipliés au dernier trimestre 2018 de la part d’autorités telles que la Banque des règlements internationaux (BRI), la Fed ou encore la Banque d’Angleterre, et ont ciblé en particulier les leveraged loans, mais aussi, plus largement, l’ensemble des dettes privées.

Une détérioration de la protection des prêteurs

Ces inquiétudes ne portent pas seulement sur les volumes, mais aussi sur leurs conséquences. En effet, tous les intervenants constatent que l’afflux de capitaux est à l’avantage des emprunteurs, qui peuvent ainsi imposer leurs conditions.

Antoine Maspétiol, responsable de la dette privée, Aviva Investors France
Aviva Investors France

«Plus que la baisse des marges et donc des...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Michèle Lacroix, directrice des investissements du groupe Scor

«Nous réinvestissons à des taux plus élevés que notre portefeuille»

David Simon, membre du comité de direction en charge des investissements, des finances et des risques, AG2R La Mondiale Matmut

«Nous continuons de privilégier une gestion interne de nos actifs.»