Investisseurs institutionnels

Investisseur institutionnel - Bertrand Labilloy, directeur général de CCR 

«Notre gestion overlay nous a permis de réduire d’un tiers la volatilité de notre portefeuille actions»

Option Finance - 5 décembre 2016 - Audrey Spy

Confrontée à une restructuration d’envergure de son organisation avec la création d’une filiale dédiée à la réassurance privée, CCR avait besoin de sécuriser ses plus-values sur les marchés en fin d’année. Dans ce contexte, elle a défini une politique de couverture de sa poche actions dont la gestion est confiée à Russell Investments.

Bertrand Labilloy, directeur général, CCR 
CCR

Quelle est l’actualité du groupe cette année ?

L’année 2016 est particulièrement atypique pour CCR (Caisse centrale de réassurance). Depuis notre arrivée dans le groupe en 2015 avec Pierre Blayau, qui en assure la présidence non exécutive, nous avons élaboré un nouveau plan stratégique qui repose notamment sur la séparation des activités de réassurance publique et privée. Ces deux activités ont en effet chacune des caractéristiques propres. Nous avons, d’une part, des dispositifs, garantis par l’Etat, de réassurance des risques extrêmes, dont les catastrophes naturelles, pour lesquels nous accumulons chaque année des réserves. Celles-ci atteignent aujourd’hui 8 milliards d’euros qui doivent rester mobilisables à court terme. D’autre part, à travers nos activités de réassurance traditionnelle, nous couvrons d’autres types de risques (décès, invalidité…) qui représentent 1,5 milliard d’euros de passifs, dont la moitié de ceux-ci sont des engagements à durée très longue (rentes viagères notamment).

Jusqu’à présent notre politique d’investissement reposait sur une allocation moyenne qui accordait une place prépondérante à la liquidité des placements compte tenu du poids de la réassurance publique. Cela s’est fait au détriment de l’activité de réassurance de marché dont les engagements sont à la fois très prévisibles et de longue durée. La séparation des deux activités va nous permettre d’adopter une politique d’investissement spécifique adaptée à chacune d’entre elles.

Depuis le début de l’année nous menons donc une opération...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Michèle Lacroix, directrice des investissements du groupe Scor

«Nous réinvestissons à des taux plus élevés que notre portefeuille»

David Simon, membre du comité de direction en charge des investissements, des finances et des risques, AG2R La Mondiale Matmut

«Nous continuons de privilégier une gestion interne de nos actifs.»