Investisseurs institutionnels

François de Varenne, CEO de Scor Global Investments

«Notre modèle interne nous fait économiser 25 % de capital réglementaire»

Option Finance - 8 février 2016 - Audrey Spy

Scor GI

La société de réassurance, Scor, s’est préparée très en amont à la directive Solvabilité 2 en créant un modèle interne. Même si ce dernier lui permet de mieux affiner le calcul de ses risques, son allocation d’actifs a dû être repensée pour tenir compte des nouvelles exigences prudentielles.

François de Varenne, CEO de Scor Global Investments
Scor Global Investments

Depuis le 1er janvier, la directive Solvabilité 2 est entrée en application. Comment Scor s’est préparé à ce chantier réglementaire ?

Scor se prépare depuis de nombreuses années à la mise en œuvre de la directive Solvabilité 2. Très tôt, nous avons fait le choix de construire un modèle interne plutôt que d’utiliser la formule standard définie par le régulateur. Construire notre propre modèle a mobilisé les équipes, l’expertise technique et les ressources du groupe durant près de dix ans. A l’issue d’un travail titanesque, 20 000 pages de documentation ont été livrées au régulateur en mai 2015, le Collège de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) a approuvé notre modèle en novembre dernier, après de longs mois de discussion. Mais, cela faisait déjà trois ans que Scor utilisait son modèle dans la gestion quotidienne du groupe.

Concrètement comment l’avez-vous appliqué à votre allocation d’actifs ?

Dès 2013, notre plan stratégique triennal a été construit pour tenir compte de Solvabilité 2, en particulier en matière d’allocation du capital nécessaire à nos activités. Cette directive a, in fine, complètement modifié notre manière de déterminer notre allocation d’actifs. Avant cette réglementation, nous devions construire un portefeuille efficient en termes de couple rendement-risque pour chaque classe d’actifs et en fonction des contraintes d’actif-passif, de liquidité, de duration… Désormais, il faut ajouter une dimension coût et rémunération en capital. Au niveau du groupe, nous nous étions engagés auprès de nos actionnaires à rémunérer le capital avec un objectif de rendement de 10 %. La dimension «allocation en capital» est aujourd’hui définie par notre modèle...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Michèle Lacroix, directrice des investissements du groupe Scor

«Nous réinvestissons à des taux plus élevés que notre portefeuille»

David Simon, membre du comité de direction en charge des investissements, des finances et des risques, AG2R La Mondiale Matmut

«Nous continuons de privilégier une gestion interne de nos actifs.»