Investisseurs institutionnels

Philippe Gaboriau, directeur général du Fonds de dotation du musée du Louvre

«Nous attendons aujourd’hui de trouver de bons points d’entrée sur les marchés»

Option Finance - 27 juillet 2015 - Audrey Spy

Fonds de dotation du Louvre

Avec 185 millions d’euros d’encours à gérer, le Fonds de dotation du musée du Louvre veut conserver une grande souplesse dans son approche de gestion. Depuis sa création, il privilégie les fonds ouverts et depuis peu accorde une place importante aux produits de performance absolue.

Quelles sont les particularités du Fonds de dotation du musée du Louvre ?

Créée par le Louvre en 2010, le Fonds de dotation du musée figure, malgré sa jeunesse, comme le plus important fonds de dotation en France. Avec 185 millions d’euros d’encours, il est loin cependant d’égaler les sommes gérées par les grandes institutions américaines, comme le fonds de dotation de l’Université d’Harvard, qui détient pas moins de 30 milliards de dollars d’encours, après plusieurs siècles d’existence. Néanmoins depuis sa création, le Fonds de dotation du musée du Louvre s’inspire dans son fonctionnement de ses homologues anglo-saxons (à l’instar également des fonds des universités de Yale ou de Columbia ou encore de ceux des musées comme le Met ou la Morgan Library) puisqu’il vise à préserver son capital sur le long terme et à ne distribuer que les gains de ses placements. Les montants qui nous sont confiés ne sont pas en effet redistribués, seuls les revenus issus des placements peuvent l’être, ce qui nous positionne donc comme un investisseur de très long terme.

Doté au départ d’un premier versement de 120 millions d’euros versé par les Emirats arabes unis dans le cadre du partenariat lié au Louvre Abou Dhabi, le Fonds de dotation a depuis quatre ans investi cette somme et commencera à en distribuer les revenus au musée du Louvre en 2016. La dotation initiale, augmentée de ses revenus, représente aujourd’hui 90 % des encours totaux du fonds. Le solde correspond à des dons que le fonds a reçus ces dernières années de la part de sept mécènes, le plus généreux étant jusqu’à présent une télévision japonaise (Nippon Television Network) qui apportera 20 millions d’euros sur 15 ans.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Michèle Lacroix, directrice des investissements du groupe Scor

«Nous réinvestissons à des taux plus élevés que notre portefeuille»

David Simon, membre du comité de direction en charge des investissements, des finances et des risques, AG2R La Mondiale Matmut

«Nous continuons de privilégier une gestion interne de nos actifs.»