Investisseurs institutionnels

Parole d'expert

«Quand les institutionnels investissent dans la cité»

Option Finance - 24 octobre 2016 - Communiqué

Jean-Michel Royo, Membre du directoire d’Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels

Jean-Michel Royo, Membre du directoire d’Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels

Vous venez de lancer une initiative unique dans le domaine du crowdfunding, pouvez-vous la détailler ?
Lancée fin 2015 par Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, la Plateforme des Institutionnels propose aux collectivités locales de se financer sur un modèle inspiré du financement participatif à travers une place de marché dématérialisée. Celle-ci met en relation, via Internet, des collectivités locales cherchant à financer leur projet et des investisseurs souhaitant diversifier leurs placements.

Pourquoi les collectivités locales ont-elles recours à ce nouveau mode de financement ?

Depuis cinq à six ans, les collectivités ont pu rencontrer des difficultés pour accéder au crédit, notamment en raison des contraintes réglementaires appliquées aux banques. En effet, pour équilibrer leur bilan, les banques doivent collecter de l’épargne qui vient en contrepartie des prêts octroyés. Les collectivités locales ont un statut particulier qui les oblige à placer leur trésorerie auprès du Trésor public, et pas dans une banque commerciale, elles ne peuvent donc pas entrer dans cette logique de contrepartie. Certaines collectivités font le choix de se financer en émettant des obligations sur les marchés financiers. Cette solution est envisageable pour de grandes collectivités comme Paris ou l’Ile-de-France dont les programmes d’emprunts sont importants. Mais pour les autres, le coût d’une émission obligataire peut être trop élevé. Elles sont donc à la recherche de nouvelles formes de financements. Par ailleurs, beaucoup d’institutionnels, qui figurent également parmi nos clients, veulent orienter leurs placements dans l’économie réelle. Nous facilitons leur mise en relation.

Pouvez-vous expliquer le fonctionnement de la plateforme ?

Son fonctionnement est très simple. La collectivité locale indique sur la plateforme le détail du projet à financer ainsi que le taux maximal auquel elle souhaite emprunter et la durée de ses remboursements. Les investisseurs institutionnels prennent connaissance de la nature des investissements et des conditions de financement. Ensuite, ils déposent leurs offres sur la plateforme. Au final, les offres retenues sont celles qui permettront la réalisation du projet au meilleur coût. Pour guider leurs choix, les investisseurs peuvent consulter en ligne l’ensemble de la documentation financière de la collectivité concernée. Arkéa Banque E&I fait par ailleurs appel à l’agence de scoring indépendante Public Evaluation System qui procède à une évaluation financière comparative des collectivités non notées. Outre la mise en relation, nous nous engageons à participer à chaque financement aux conditions retenues : pour le théâtre Liberté à Toulon, par exemple, les investisseurs ont contribué à 80 % et nous avons financé les 20 % restants.

Quel est le profil des investisseurs qui choisissent la Plateforme des Institutionnels ?
Il s’agit d’institutions comme des compagnies d’assurance, des mutuelles, des établissements de crédit ou des institutions de prévoyance qui souhaitent diversifier leurs placements dans un secteur où le risque de faillite n’existe pas. En plus d’équilibrer risques et rentabilité, ces institutionnels financent l’économie réelle avec des projets qui améliorent la vie des citoyens, ce qui donne du sens à leurs placements. La Plateforme des Institutionnels est une alternative aux titres d’Etat avec un rendement bien supérieur. En effet, le rendement moyen obtenu correspond à celui de l’OAT + 100 points de base pour des durées d’emprunt comprises entre 10 et 20 ans amortissables.

Quels types de projets ont déjà été financés grâce à la Plateforme des Institutionnels ?
En trois ans, nous avons constitué un portefeuille de 120 clients. Une quinzaine d’institutionnels ont participé avec nous à des opérations de financement pour un montant total de plus d’un milliard d’euros. Par exemple, la région Bretagne a levé 10 millions d’euros grâce à la Plateforme pour financer le lycée maritime Florence Arthaud à Saint-Malo. Le Conseil départemental de Gironde a recueilli quant à lui 12 millions d’euros pour la rénovation de ses collèges. Plus récemment, la Soginorpa, société HLM implantée dans la région Hauts de France, a pu procéder à la mise aux normes énergétiques de logements sociaux.

À lire aussi

Michèle Lacroix, directrice des investissements du groupe Scor

«Nous réinvestissons à des taux plus élevés que notre portefeuille»

David Simon, membre du comité de direction en charge des investissements, des finances et des risques, AG2R La Mondiale Matmut

«Nous continuons de privilégier une gestion interne de nos actifs.»