ISR

Entretien avec Isabelle Bourcier, responsable des gestions quantitatives et indicielles chez BNP Paribas Asset Management

«Depuis plusieurs années, nous proposons des stratégies indicielles bas carbone»

Option Finance - 19 Juin 2020 - Isabelle Bourcier

Fonds indiciels

Depuis plusieurs années nous avons pris en compte la volonté de nos clients d’investir dans des stratégies indicielles et multifactorielles qui réduisent l’empreinte carbone des portefeuilles de l’ordre de 50 % et/ou ne s’exposent pas aux sociétés dont les revenus ou la production sont issus principalement des énergies fossiles.

Quel est le rôle des autorités européennes dans la promotion de la lutte contre le réchauffement climatique ?

Le cadre d’action de l’Union européenne en matière de climat et d’énergie prévoit trois grands objectifs stratégiques à l’horizon 2030. Les autorités européennes souhaitent parvenir à réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre en Europe par rapport à leur niveau de 1990, à augmenter la part des énergies renouvelables à au moins 32 % et à améliorer l’efficacité énergétique de l’ordre de 32,5 %. Pour y parvenir, il faudrait engager entre 175 et 290 milliards d’euros par an. Secteurs publics et privés doivent donc se mobiliser, y compris le secteur financier. Ainsi, le TEG (Technical Experts Group on Sustainable Finance) mis en place par la Commission européenne en juillet 2018 a présenté en mars 2020 de nouvelles propositions. Elles portaient notamment sur la taxonomie verte et sur la création de deux nouveaux indices qui sont alignés sur les objectifs de l’accord de Paris et traitent le risque de «greenwashing».

Quelles sont les spécificités des nouveaux indices spécialisés sur le thème du climat ?

Deux nouveaux indices ont été ainsi définis ; le CTB (Climate Transition Benchmark) et le PAB (Paris Aligned Benchmark). Bien qu’ils poursuivent un objectif similaire, les indices PAB sont conçus pour des stratégies d’investissement plus ambitieuses et se caractérisent par des exigences plus strictes en matière d’exclusions en lien avec les énergies fossiles. Le CTB vise une réduction de l’empreinte carbone de l’ordre de 30 % par rapport à son univers d’investissement et le PAB de 50 %. Ils prévoient tous les deux un mécanisme de réduction de l’empreinte carbone du portefeuille, qui vient compléter les objectifs initiaux respectivement de 30 % et 50 %, d’au moins 7 % par an ; et ce en lien avec la trajectoire de 1,5 degré de l’IPCC1. Pour ce faire, une dimension très importante a été intégrée dans la définition des indices qui suppose de conserver une exposition aux secteurs fortement exposés aux changements climatiques au moins égale à celle de l’univers de référence.

Les fonds indiciels bas carbone de BNP Paribas Asset Management sont-ils en conformité avec ces nouveaux indices ?

Nous avons lancé dès 2008 un fonds indiciel dont les encours atteignent 800 millions d’euros fin mai 2020 et qui réplique la performance de l’indice Low Carbon 100 Europe administré par Euronext. Ces derniers ont travaillé avec CDP2 et Carbone 4 depuis l’origine de cet indice et plus récemment à la mise en conformité de l’indice avec les exigences du PAB. L’indice d’Euronext affichait déjà une réduction de l’ordre de 50 % de son empreinte carbone vis-à-vis de son univers d’investissement. Il intègre d’ores et déjà dans sa méthodologie les trois scopes et les exclusions liées aux énergies fossiles. Sa méthodologie se voit modifiée afin de pouvoir prendre en compte l’objectif de réduction annuelle de l’empreinte carbone de 7 %.

Comment expliquez-vous votre statut de précurseur dans ce domaine ?

Nous sommes engagés de très longue date sur les thématiques liées à l’environnement et plus généralement ESG3. Sur le bas carbone, nous avons eu la chance de collaborer avec un partenaire comme Euronext, lui aussi fortement mobilisé sur ce sujet, qui a fait évoluer en permanence sa méthodologie avec l’appui du conseil scientifique de l’indice afin de prendre en compte les évolutions à la fois réglementaires et techniques. Depuis plusieurs années nous avons pris en compte la volonté de nos clients d’investir dans des stratégies indicielles et multifactorielles qui réduisent l’empreinte carbone des portefeuilles de l’ordre de 50 % et/ou ne s’exposent pas aux sociétés dont les revenus ou la production sont issus principalement des énergies fossiles. Ainsi, notre gamme indicielle sur les indices ISR4 actions, les indices thématiques comme le bas carbone certes mais aussi l’infrastructure ESG et l’économie circulaire, et enfin les indices ISR sur obligations d’entreprise remplissent les exigences de nombreux investisseurs quant aux expositions aux énergies fossiles. Que ce soit des investisseurs institutionnels ou des banques privées, qu’ils soient en France, en Belgique et dans les pays d’Europe du Nord, ils sont nombreux à avoir annoncé leur volonté de sortir du charbon et plus généralement des énergies fossiles. 

1. IPCC : Intergovernmental Panel on Climate Change (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).

2. CDP est une organisation internationale à but non lucratif, anciennement appelée «Carbon Disclosure Project».

3. ESG : environnement, social et gouvernance.

4. ISR : investissement socialement responsable.

Les performances passées ne préjugent pas des performances à venir.

Les investissements réalisés dans les fonds sont soumis aux fluctuations du marché et aux risques inhérents aux investissements en valeurs mobilières. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent enregistrer des hausses comme des baisses et il se peut que les investisseurs ne récupèrent pas l’intégralité de leur placement. Les fonds décrits présentent un risque de perte en capital.

À lire aussi

Parole d'expert Robert-Alexandre Poujade, analyste ESG chez BNP Paribas Asset Management.

«L’impact de l’érosion de la biodiversité sur l’activité économique est déjà réel»

Jacques-Antoine Philippe et Mathieu Philippe, fondateurs et dirigeants du groupe Colville Capital Partners

"Nos clients restent investis dans nos fonds car ils sont sensibles aux thématiques et satisfaits de la performance"