ISR

Marina Iodice, gérante de portefeuille en charge de la stratégie actions à impact chez NN IP

Intentionnalité et mesure, les facteurs clés d’un investissement à impact

Option Finance - 5 février 2021 - Parole d’expert

Entreprises

Financièrement robuste et socialement désirable, l’investissement à impact n’en demeure pas moins parfois mal connu. Définition, positionnement, impact réel, autant de sujets sur lesquels Marina Iodice, gérante de portefeuille en charge de la stratégie actions à impact chez NN IP, apporte son éclairage.

Après une expérience dans l’ISR et une incursion sur le terrain au Nicaragua auprès d’une ONG spécialisée dans le microcrédit, pourquoi vouloir travailler sur l’impact ?

J’ai rejoint l’équipe de gestion de NN IP il y a un an, pour cogérer quatre fonds actions à impact, après une décennie passée dans l’investissement socialement responsable (ISR). Je souhaitais aller au-delà de l’ISR, et l’investissement à impact me semble être la réponse la plus adaptée. NN IP est un acteur crédible dans ce domaine, avec des objectifs ambitieux, de nombreuses ressources, une équipe de gestion dédiée et une large gamme de fonds à impact. Outre la gestion, mon expertise en matière de méthodologie vient renforcer la mesure de l’impact et donc son efficacité. Mon ambition est d’amener plus loin cette mesure au profit de NN IP et l’industrie financière dans son ensemble.

Quelle est la différence entre l’ISR et l’investissement à impact ?

L’objectif d’un fonds ISR (ou durable) est de minimiser les risques extra-financiers, ou liés aux facteurs ESG. Le fonds à impact, lui, investit dans des entreprises qui apportent, au travers de leurs activités principales, une valeur ajoutée à la société. Cette intentionnalité est au cœur de notre stratégie. Nous regardons aussi la matérialité de l’impact – c’est-à-dire combien ces activités représentent dans le chiffre d’affaires de l’entreprise ou bien dans son Capex (dépenses d’investissement) – ainsi que sa « transformationalité », c’est-à-dire les répercussions positives engendrées pour la société. Cette approche de sélection des entreprises sur la base de l’impact, que nous appelons MIT (materiality, intentionality & transformationality) est basée à la fois sur des éléments quantitatifs et qualitatifs. Ainsi, nous investissons dans des entreprises de pays émergents dont l’impact sur la société est en relatif plus important que ces mêmes activités dans des pays développés. Pensez par exemple à une société qui installe des tours de communication en Afrique. Elle donne ainsi accès à des services financiers à une population encore très peu bancarisée, leur permettant d’épargner sans crainte de vol ou d’emprunter pour financer des projets individuels.

Sur quelles solutions sociétales se concentrent vos fonds ?

Nos quatre fonds actions à impact positif se focalisent sur douze solutions de développement durable. Le fonds NN Global Equity Impact Opportunities a pour objectif de répondre aux ODD (objectifs de développement durable des Nations unies) au travers de douze solutions concrètes proposées par des entreprises cotées, telles que l’accès aux soins, la gestion des eaux, une meilleure alimentation, l’accès à l’information… Les trois autres fonds* offrent une exposition ciblée à ces solutions (quatre solutions par fonds).

Comment mesurer l’impact et la contribution des entreprises ?

Il n’existe pas, à ce jour, de mesure unique, applicable à l’échelle d’un fonds. En revanche, avec notre équipe dédiée de data scientists, nous développons des indicateurs quantitatifs et qualitatifs en fonction des entreprises : combien de tonnes de nourriture ont-elles permis de ne pas gâcher, combien de vaccins ont-ils été effectués, etc. ? Nous avons publié notre premier rapport d’impact l’année dernière, dans lequel nous exposons des exemples de KPIs récoltés pour chaque solution d’investissement. Par ailleurs, toutes les actions d’engagement que nous menons avec les entreprises sélectionnées ont également pour objectif d’améliorer la qualité de l’information que nous souhaitons reporter.

Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire et économique sur les stratégies à impact, que ce soit en termes de performance ou d’intérêt ?

La majorité de nos fonds actions à impact a une performance « year-to-date » supérieure à celle du MSCI World, même si nous n’appliquons pas d’indice de référence. Nos entreprises, positionnées sur des activités durables et financièrement solides, ont été moins touchées par la crise que la moyenne de l’économie et devraient en ressortir renforcées.

On voit de plus en plus d’investisseurs intéressés par les stratégies à impact, notamment grâce à l’évolution de la réglementation. La crise renforce ce phénomène et fait aussi surgir certaines nouvelles sensibilités, comme par exemple une attention à la préservation de l’emploi, et une prise de conscience individuelle de la nécessité d’agir en supportant les entreprises créatrices de valeur sociétale.

*NN Health & Well Being, NN Climate & Environment, NN Smart Connectivity.