ISR

Focus Thématique

Les enjeux alimentaires inspirent les gérants d’actifs

Funds magazine - 26 mars 2021 - Catherine Rekik

Produire plus pour pouvoir nourrir la planète à horizon 2050 tout en préservant les ressources naturelles et l’environnement, offrir une alimentation plus saine et lutter contre le gaspillage alimentaire sont autant de défis que relèvent les sociétés dans lesquelles sont investis une dizaine de fonds thématiques. L’offre est encore limitée, mais elle s’étoffe progressivement – deux nouvelles stratégies ont été lancées récemment, dont un ETF –, la thématique répondant à de nombreux objectifs de développement durable, source d’inspiration pour les gérants d’actifs et d’intérêt pour des clients à la recherche de sens et d’impact pour leurs investissements.

La gestion thématique s’est récemment enrichie d’un nouveau fonds investi dans les valeurs de la chaîne agroalimentaire. Lancée par Newton IM, une boutique affiliée à BNY Mellon IM, cette nouvelle stratégie repose sur l’idée que : « La croissance démographique, l’évolution de la demande des consommateurs et les menaces bien connues pesant sur notre monde naturel et nos ressources entraîneront une demande sans précédent des innovations technologiques agricoles et alimentaires tout au long de la chaîne d’approvisionnement alimentaire mondiale. »

En 2050, l’industrie agroalimentaire devra nourrir près de 10 milliards d’êtres humains, dont les deux tiers vivront dans les zones urbaines. Un défi de taille quand on sait que, en parallèle, la superficie des terres arables par personne diminue avec le développement de l’urbanisation, des transports et de l’industrialisation. Et que les habitudes alimentaires évoluent vers une plus grande diversité nutritionnelle, la recherche du plaisir mais aussi de la sécurité et une évolution des circuits de distribution. Dans les pays développés, les consommateurs sont en quête de produits plus sains, comme le montre la croissance régulière du marché mondial des produits bio. Tendance qui s’est accélérée avec la récente pandémie. Dans certains pays émergents, la consommation de produits d’origine animale augmente sensiblement, tandis que, dans d’autres, les problèmes de malnutrition sont loin d’être résolus.

Une approche thématique en faveur de la biodiversité

Deux années ont été nécessaires à Ossiam...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Alexandre Gautier, secrétaire général adjoint et Benjamin Bonnin, expert en investissement responsable à la Banque de France

« La Banque de France analyse l’impact de sa stratégie d’investissement sur la biodiversité »

En partenariat avec Candriam Academy

Tout ce qui brille n’est pas or

Les rencontres climat et finance durable

L’énergie hydrogène, un secteur prometteur