ISR

Les rencontres climat et finance durable

Les banques françaises au chevet de la transition écologique

Option Finance - 17 mars 2021 - Anne del Pozo

Dans le cadre de la transition écologique, les banques doivent contribuer au financement de la transition écologique et gérer les risques nouveaux résultant du changement climatique.

L’APCR et l’AMF ont publié en décembre dernier le premier rapport sur le suivi des engagements climatiques des acteurs financiers de la place. « La plupart des établissements bancaires français se sont mobilisés et ont pris de forts engagements, analyse Laurent Clerc, directeur d’étude et d’analyse des risques à l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (APCR). Ils ont mis en place des politiques d’exclusion et d’alignement des portefeuilles par rapport aux objectifs de “2 degrés”. Des efforts restent à faire en termes de transparence, d’harmonisation des pratiques et de mise en œuvre opérationnelle de ces engagements. » Une démarche qui passe notamment par la mise en place de l’observatoire de la finance durable. « Il donne l’opportunité aux banques de publier leurs engagements individuels, explique Thierry Déau, président de Finance for Tomorrow. Il fournit également des données de suivi de ces engagements. »

L’engagement des banques

BNP Paribas a ainsi pris l’engagement de respecter les objectifs de développement durable depuis 2016 au travers de différentes démarches (politiques d’exclusion, alignement de son portefeuille sur l’accord de Paris…). « Le prérequis à toutes ces démarches est la gouvernance au sein de l’institution, indique Véronique
Ormezzano, head of group regulatory affairs de BNP Paribas. Nous avons maintenant intégré le risque ESG et les considérations climatiques à tous les étages de notre banque et mis en place un comité de validation de nos engagements. 
» 

La transition écologique et énergétique (TEE) est aussi un axe important de la stratégie de BPI France. « Dès 2014, nous avons mis en place une feuille de route TEE, précise Pascal Lagarde, directeur exécutif chargé de l’international, de la stratégie, des études et du développement de BPI France. En 2020 nous avons démultiplié notre action sur des sujets verts. Une démarche que nous avons menée avec la banque des territoires de la Caisse des dépôts. »

L’intégration des risques climatiques et ESG

En matière de risque climatique, les institutions et les banques doivent gérer des risques de transition, des risques physiques et des risques concernant la réputation. « A Finance for Tomorrow nous avons pour rôle de fédérer les acteurs afin de mesurer ces risques et de réfléchir sur des solutions de plans d’actions », poursuit Thierry Déau. « Les risques climatiques influent sur d’autres catégories de risques, indique de son côté Véronique Ormezzano. Le principal chantier porte sur le risque de crédit. » « Chez BPI France, pour évaluer les risques climatiques d’un investissement, nous étudions la trajectoire carbone de l’entreprise », ajoute Pascal Lagarde. Les enjeux relatifs à l’intégration des risques climatiques pour les banques françaises sont importants. « Il faut mesurer les risques, sensibiliser les établissements sur les mécanismes de transmission des risques climatiques et leur impact financier et travailler sur l’amélioration des méthodes et des données », conclut Laurent Clerc.

À voir en replay :