ISR

Parole d’expert

«Notre approche par les risques consiste à mieux prendre en compte les facteurs de risque ESG dans nos gestions»

Option Finance - 11 juin 2018 - Communiqué

ESG, CPR AM

Exclure les très mauvaises pratiques plutôt que surpondérer les très bonnes, s’appuyer sur des sous-critères environnementaux, sociaux et de gouvernance précis et non pas sur une note globale… Arnaud Faller, directeur général délégué en charge des investissements chez CPR Asset Management, détaille la méthodologie retenue par l’établissement en matière d’investissement responsable tant sur les actions que sur le crédit.

Arnaud Faller, directeur général délégué en charge des investissements, CPR Asset Management
CPR Asset Management

Quelle démarche suivez-vous pour prendre en compte les critères ESG ?

Notre philosophie repose sur une approche par les risques. Cette nouvelle approche reflète notre volonté de faire converger les approches financière et extra-financière, qui sont complémentaires. Il ne faut donc pas les penser comme deux silos qui s’opposent et ne dialoguent pas.

Pouvez-vous nous expliquer, de manière plus détaillée, sur quelles bases repose cette approche par les risques ?

Nous partons en premier lieu du principe selon lequel la création de valeur financière découle davantage de l’exclusion des très mauvaises pratiques que de la sélection des très bonnes. Le but n’est pas tant de générer une forte surperformance mais plutôt d’exclure les valeurs à risque non détectées par l’analyse financière, et qui sont de ce fait susceptibles de pénaliser les portefeuilles. Le scandale du Dieselgate, pour Volkswagen, en fournit une parfaite illustration.

En parallèle, nous estimons qu’il ne faut pas analyser les sociétés en se basant uniquement sur leur note ESG moyenne. Le fait de compenser les sous-critères entre eux entraîne en effet une déperdition d’informations, les éléments positifs masquant les signaux négatifs. D’ailleurs, le fait de prendre nos décisions d’exclusion selon des critères bien précis permet de les rendre plus objectives et garantit leur «traçabilité» auprès des investisseurs. Ceci est particulièrement apprécié dans le cadre de l’épargne salariale notamment.

Vous attachez une importance particulière à la gouvernance…

Nous considérons effectivement que, parmi les trois piliers ESG, c’est la gouvernance qui a la plus forte matérialité financière (c’est-à-dire la plus forte plus-value de l’univers filtré mesurée selon le...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Michel Foucher, ancien ambassadeur, chaire de géopolitique appliquée au Collège d’études mondiales

«Les Etats-Unis considèrent la Chine comme leur rival stratégique»

Naïm Abou-Jaoudé, directeur général de Candriam et président de New York Life Investment Management International

"Notre objectif est maintenant d’acquérir des expertises dans les actifs illiquides."