ISR

Tendance

PRI : les institutionnels français sortent de l’ombre

Option Finance - 9 septembre 2019 - Séverine Leboucher

Investissements, Finance verte

PRI : les institutionnels français sortent de l’ombre

Les principes pour l’investissement responsable, créés sous l’égide des Nations unies en 2006, ont connu une forte croissance de leur nombre de signataires ces dernières années. Mais encore très peu d’institutionnels français y ont adhéré. Les professionnels qui participent y voient pourtant une occasion de compter sur la scène internationale, à l’heure où les standards de la finance durable sont en train d’être définis.

Cette semaine, Paris hisse les couleurs de capitale mondiale de la finance durable : à partir de mardi 10 septembre, elle accueille la conférence annuelle des PRI. Cette association issue des Nations unies a édicté, en 2006, des «principes pour l’investissement responsable» et les fait vivre depuis. Aujourd’hui, elle a une place à part dans l’univers de la gestion d’actifs. «Les PRI sont l’instance de référence sur l’investissement responsable : l’association a joué un rôle indéniable dans l’ascension du sujet au sommet de l’agenda des institutionnels», assure Joël Prohin, responsable du pôle gestion des portefeuilles au sein de la Caisse des dépôts. L’établissement public – tout comme le FRR pour la France – a été l’un des tout premiers investisseurs institutionnels à s’engager au sein de cette initiative en participant à la rédaction des principes fondateurs que ses membres doivent respecter : au nombre de six, ils vont de l’incorporation des critères ESG dans le process d’investissement à l’engagement actionnarial auprès des entreprises en portefeuille, en passant par la promotion de l’investissement responsable auprès de leurs homologues investisseurs.

Une influence sur les marchés

Treize ans plus tard, le bilan de cet effort de promotion est plutôt flatteur puisque les PRI comptent quelque 2 500 signataires, dont plus de 2 200 investisseurs représentant 86 300 milliards de dollars sous gestion, le solde étant composé de divers prestataires de services (consultants, agences de notation, etc.)....

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner