Sélection de fonds

Actions

BFT Euro Futur ESG

Funds Magazine - Octobre 2018 - Marianne di Meo

BFT Euro Futur ESG résulte de la transformation, en septembre dernier, d’un fonds d’actions européennes avec un biais dividendes. Ce nouveau fonds, investi dans les actions de la zone euro, présente trois intérêts majeurs.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Le portefeuille, qui suit une approche multi-capitalisations boursières (petites, moyennes et grandes), est optimisé afin de bénéficier de la complémentarité de ces trois segments. La complémentarité s’observe au niveau des secteurs d’activité. Ainsi, la santé, l’énergie ou les banques sont très représentées au sein des larges capitalisations (celles qui dépassent 10 milliards d’euros), tandis que de nombreuses small et midcaps appartiennent aux secteurs de l’industrie et de la technologie. Par ailleurs, les trois types de sociétés affichent des comportements boursiers complémentaires. Les petites et moyennes valeurs, qui sont souvent en phase de développement (sociétés nouvellement créées, entreprises cherchant à se développer à l’international ou sur des marchés connexes), se comportent bien en phase de croissance économique, tandis que les grandes valeurs, présentes sur des marchés plus matures, s’avèrent plus défensives lorsque le cycle atteint son sommet.
Les gérants, qui appliquent une gestion de conviction centrée sur la valorisation, recherchent les sociétés dont le potentiel de croissance nous semble mal valorisé par le marché : entreprises dynamiques encore peu couvertes par les analystes financiers, grands groupes décotés…
Enfin, l’équipe de gestion combine les approches financières et extra-financières, en intégrant des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans son analyse. L’investissement socialement responsable (ISR) est en effet l’un des piliers du plan stratégique «Engagement 2020» lancé par BFT Investment Managers. A cet horizon, l’intégralité de la gestion de l’établissement devra répondre à des critères ESG.

Le processus de gestion

L’équipe de gestion procède tout d’abord à l’analyse quantitative de son univers d’investissement (700 titres de la zone euro), sur la base d’une quinzaine de critères : ratios de valorisation, structure financière, croissance du chiffre d’affaires, momentum de révision des bénéfices, free cash-flows et dividendes… Sont écartés les titres dont la liquidité est insuffisante (sont concernées les capitalisations boursières inférieures à 50 millions d’euros) et ceux qui sont les plus exposés à la controverse en matière sociale, d’environnement et de gouvernance. Sur ce point, l’équipe de gestion s’appuie sur RepRisk, un fournisseur de données et d’analyses spécialisé dans les critères ESG, ce qui lui permet d’être très réactive. Certaines activités sont également exclues d’office, comme le tabac ou la production de mines antipersonnel. Au terme de cette première analyse, 200 titres environ sont retenus.
Ces titres font ensuite l’objet d’une analyse fondamentale (étude du business plan et des forces, faiblesses, opportunités et risques). C’est à ce stade que les gérants intègrent des critères ESG dans leur évaluation. Afin d’être plus pertinents, ces critères varient selon les secteurs d’activité. Il s’agit, par exemple, d’apprécier la politique en matière d’accessibilité aux soins des groupes pharmaceutiques, et de mesurer l’engagement des constructeurs automobiles sur le segment de marché des véhicules moins polluants. Près de 100 titres sont sélectionnés à l’issue de cette deuxième étape.
Les gérants tiennent ensuite compte des impératifs de gestion des risques et de diversification – en matière de secteurs ou de pays – pour construire un portefeuille équilibré comptant environ 60 titres.

La société de gestion

Filiale d’Amundi, BFT Investment Managers combine la réactivité d’une entreprise à taille humaine et la signature d’un grand groupe, leader européen de l’industrie de l’asset management. BFT Investment Managers offre une gamme de produits spécialisés dans les principales classes d’actifs s’articulant autour de la recherche de rendement. La société de gestion intègre des critères d’investissement socialement responsable dans l’ensemble de ses fonds et bénéficie du label AFNOR dans ce domaine (depuis mars 2014). Fin juin 2018, les encours sous gestion pour le compte de clients institutionnels et distributeurs dépassaient 29 milliards d’euros. L’établissement fait partie des dix premières sociétés de gestion sur le marché français des OPCVM (source : SIX Financial).

Les convictions de gestion

L’équipe de gestion :

Fabrice Masson
(au milieu) a rejoint BFT IM en 2000. Il a, dans un premier temps, intégré le département de gestion monétaire et crédit, puis a rejoint le département actions en 2005. Il y a successivement occupé les postes d’analyste puis de gérant, avant de devenir responsable de l’équipe en 2012.
Julien Bonnin (à droite), le gérant principal du fonds BFT Euro Futur ESG, a intégré la société de gestion début 2016. Il a précédemment été analyste actions dans le secteur financier chez CPR AM, puis gérant actions chez Amundi au sein de l’équipe smart beta.
Jean-Philippe Hervieu (à gauche) est entré dans le groupe Amundi en 1999, où il a successivement occupé différents postes. Il a rejoint BFT IM en 2012 en tant que gérant actions et obligations convertibles.

Quel regard portez-vous sur les marchés d’actions de la zone euro ?
Nous restons confiants sur le long terme, mais nous préférons faire preuve de prudence tant que la guerre commerciale menée par les Etats-Unis ne connaît pas d’issue favorable, et tant que la visibilité sur la situation politique italienne ne s’améliore pas.

Comment cela se traduit-il dans la composition du portefeuille ?

Les marchés étant plus volatils, nous cherchons à réduire le risque en diversifiant le portefeuille. Ainsi, il compte actuellement un nombre plus important de lignes (79). Dans la même optique, nous mettons l’accent sur les grandes capitalisations, plus résistantes lorsque les marchés sont incertains, plutôt que sur les petites et moyennes valeurs. Ces dernières sont en effet plus sensibles en cas de ralentissement de la croissance économique, car elles sont souvent mono-activité. Elles sont également plus exposées lorsque le marché se retourne, en raison de leur liquidité moindre. A ce jour, le fonds compte donc seulement 15 % de small caps et 25 % de midcaps, alors que notre objectif, en rythme de croisière, est d’avoir un cœur de portefeuille centré sur les petites et moyennes valeurs (leur poids s’établissant autour de 20 % pour les premières et entre 40 % et 50 % pour les secondes).

Une seule petite valeur, Chargeurs, figure parmi les dix premières lignes du portefeuille. Quels sont les atouts de cette valeur ?
Ce groupe industriel est focalisé sur quatre activités de niche, à forte valeur ajoutée et à marges élevées : la protection temporaire de surfaces, l’entoilage pour l’habillement, les textiles techniques et la distribution de laine. Il détient des positions de leader sur tous ces marchés. L’activité est par ailleurs bien diversifiée d’un point de vue géographique, plus de 90 % du chiffre d’affaires étant réalisés à l’international. Enfin, l’entreprise est reconnue pour sa capacité à innover. Autre élément positif : Chargeurs est très engagée en matière de respect des critères ESG. Elle a d’ailleurs mis en place un outil d’analyse de sa politique dans ce domaine, qui porte sur 150 points. A titre d’exemple, 40 % des membres du conseil d’administration sont des femmes, et le groupe a pour objectif de réduire de 7 % sa consommation d’énergie à un horizon de cinq ans.

Rechercher un autre fonds