Sélection de fonds

Fonds diversifié

CM-CIC Tempéré International

Funds Magazine - 2 juin 2020 - Marianne di Meo

CM-CIC Tempéré International fait partie de la gamme de fonds profilés exposés à l’international de Crédit Mutuel Asset Management. Ce fonds de fonds diversifié s’adresse à des investisseurs prudents.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

CM-CIC Tempéré International fait partie de la gamme de fonds profilés exposés à l’international de Crédit Mutuel Asset Management. Ce fonds de fonds diversifié s’adresse à des investisseurs prudents. «Il suit une gestion de bon père de famille, résume le gérant Philippe Percheron. Nous évitons tout excès de confiance et notre objectif implicite, que nous gardons bien en tête avant de réaliser un investissement, est d’essayer ne pas perdre d’argent.»

Compte tenu du profil modéré de ce produit, l’exposition aux actions doit rester comprise entre 10 et 30 % (historiquement, elle a plutôt évolué dans une fourchette comprise entre 15 et 23 %), le poids des produits de taux – majoritairement des obligations – oscillant entre 70 et 90 %. L’allocation entre actifs risqués et non risqués est pilotée de manière dynamique en fonction de l’évolution des marchés. 

Le fonds est géré par une équipe stable et expérimentée* : Philippe Percheron, qui compte plus de trente ans d’expérience, en assure la gestion depuis 2003. 

Le processus de gestion

L’allocation d’actifs est définie par un comité qui se réunit tous les mois et qui rassemble autour de David Taieb, le directeur de la gestion diversifiée de Crédit Mutuel Asset Management, tous les gérants de ce pôle. Les orientations stratégiques prises sont en effet déclinées à l’ensemble de l’offre de gestion diversifiée de la société de gestion : gamme de fonds profilés, dont fait partie CM-CIC Tempéré International, fonds flexibles et produits de multigestion. 

A partir des différentes vues de marché, un consensus se dégage sur le poids – surpondération ou sous-pondération – des deux grandes classes d’actifs dans les portefeuilles. En ce qui concerne les actions, la répartition du poids se fait par zone géographique (zone Euro, Etats-Unis, Japon, pays émergents) ; pour les obligations, la répartition est fonction du niveau de sensibilité souhaité. Des réajustements hebdomadaires de l’allocation sont possibles si l’évolution des marchés les rend nécessaires.

L’univers d’investissement du fonds est large. Il couvre l’ensemble des zones géographiques (Europe, Etats-Unis, Asie et pays émergents). Concernant les actions, il peut investir dans toutes les tailles de capitalisations, et il peut se positionner sur l’ensemble des segments du marché obligataire : dette souveraine, obligations investment grade et high yield. 

Pour construire le portefeuille, composé d’une cinquantaine de lignes, le gérant choisit dans la liste de fonds présélectionnés par une équipe dédiée au sein du département gestion diversifiée. CM-CIC Tempéré International fonctionne en architecture ouverte, puisqu’il est composé de fonds internes au Crédit Mutuel Asset Management et de fonds gérés par des sociétés de gestion extérieures, tous retenus pour le couple rendement/risques qu’ils présentent.

La société de gestion

Crédit Mutuel Asset Management est la société de gestion d’actifs de Crédit Mutuel Alliance Fédérale. Elle compte 252 collaborateurs et gère 60 milliards d’euros d’actifs, ce qui la classe au quatrième rang des sociétés de gestion en France (source Six au 30 mars 2020).

Forte de plus de vingt-cinq années d’expérience, elle propose une large gamme de fonds et de solutions de gestion d’actifs pour compte de tiers, reposant sur l’équilibre entre performance et encadrement du risque. Crédit Mutuel Asset Management gère une offre complète à destination d’une clientèle diversifiée (institutionnels et grandes entreprises, sociétés de gestion, particuliers et clientèle patrimoniale, banques privées, épargne salariale) et dispose d’un savoir-faire reconnu en gestion actions, gestion de taux, gestion diversifiée et fonds à formule. 

Les convictions du gérant, Philippe Percheron

Le gérant Philippe Percheron est gérant de fonds actions et de comptes sous mandat depuis 1989. Il a intégré le groupe CIC en 1993. En 2000, avec la réunion dans une seule entité de toutes les sociétés de gestion de portefeuilles du groupe, il devient gérant de fonds de fonds diversifiés. Il s’est au fil du temps spécialisé dans l’allocation et les stratégies d’investissement. Philippe Percheron est titulaire d’une maîtrise d’économie et de gestion financière, d’une maîtrise d’économie et gestion publique ainsi que d’un DEA monnaie, finances et banque de l’université d’Orléans.

Comment appréhendez-vous le contexte de marché actuel ?

Le rallye des marchés nous semble exagéré, car il est porté par des éléments de soutien qui peuvent se renverser très vite : d’un côté, la stabilisation voire la diminution du nombre de nouveaux cas de coronavirus dans le monde et, de l’autre, les politiques monétaires accommodantes. 

La visibilité est très limitée, car nous évoluons dans un contexte inédit et de nombreuses inconnues demeurent. L’ombre d’un deuxième confinement plane, dont les conséquences économiques seraient catastrophiques. Par ailleurs, le président américain est aux abois ; on ne peut donc écarter le risque de nouvelles sanctions commerciales à l’encontre de la Chine. 

A côté de cela, le chômage atteint des niveaux explosifs, de nombreuses économies sont entrées en récession et la croissance bénéficiaire des entreprises va baisser. Le rebond des marchés nous semble donc artificiel. Une correction semble dans ces conditions inévitable. Le PER du marché américain est aujourd’hui supérieur à ce qu’il était au 31 décembre dernier !

Dans les grandes lignes, quelle est actuellement votre allocation d’actifs ?

Nous étions neutres sur les actions, avec un biais négatif, depuis la fin de l’année dernière. Mais c’est en mars que nous avons pris la décision de sous-pondérer cette classe d’actifs. Nous sommes également négatifs sur le segment du high yield – dont l’évolution est très corrélée à celle des actions – compte tenu du risque accru de défaut des entreprises. Nous portons un regard plus favorable sur les obligations investment grade de la zone euro, en raison du soutien de la BCE. Par ailleurs, notre pondération sur les obligations souveraines, qui nous ont permis de dégager de la performance, reste stable. Néanmoins, de manière générale, nous ne sommes vraiment enthousiastes sur aucun segment de marché et ne sommes donc pas dans une phase de réinvestissement active.

Selon vous, à quels segments de marché faudra-t-il ensuite s’intéresser ?

Il va falloir se montrer encore plus vigilants dans le choix des supports d’investissement. Les valeurs de croissance, notamment dans les nouvelles technologies, et de qualité, dans des domaines dans l’air du temps comme la santé, devraient être recherchées.

En termes géographiques, il faudra sans doute s’intéresser à l’Allemagne, dont l’industrie automobile semble plutôt bien se tenir, et qui bénéficie de l’effet Bayer. Après avoir été le mouton noir en raison du rachat de Monsanto, le laboratoire bénéficie aujourd’hui de la crise sanitaire !

Rechercher un autre fonds

Autres fonds gérés par cette société