Cogefi Prospective

Actions

Cogefi Prospective

Funds Magazine - 29 janvier 2021 - Marianne di Meo

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Cogefi Gestion propose aux investisseurs désireux de se positionner sur les petites et moyennes valeurs européennes un fonds de pur stock picking : Cogefi Prospective.

Ce dernier cible les entreprises dont les fondamentaux sont de très bonne qualité, en se basant notamment sur le triptyque « croissance, création de valeur, cash », caractéristique de la philosophie d’investissement de l’équipe de gestion.

Le fonds se distingue par sa volonté de sortir des sentiers battus pour aller chercher des pépites où qu’elles se trouvent, avec une véritable empreinte européenne. Aujourd’hui, le portefeuille est exposé à la France à hauteur de moins de 10 % seulement, et il affiche un biais marqué sur l’Europe du Nord (et plus particulièrement sur la Suède, dont le poids dépasse 25 %). Autre point fort : la gestion du risque fait partie intégrante du processus de gestion. « Elle se traduit par une concentration modérée du portefeuille, qui compte une soixantaine de lignes, les dix premières positions représentant environ 30 % de l’actif, et par une diversification géographique et sectorielle, souligne Benjamin Rousseau, le gérant du fonds. Nous sommes également très vigilants sur notre taux d’emprise – nous ne voulons pas détenir plus de 5 % du flottant d’une société – et sur la liquidité du portefeuille. »

A noter : en 2014, Cogefi Gestion a décidé de compléter sa gamme sur les petites et moyennes valeurs avec le fonds Cogefi Chrysalide, dédié à l’univers des microcaps. Alors que la capitalisation boursière moyenne pondérée de Cogefi Prospective tourne autour de 3 milliards d’euros, celle de Cogefi Chrysalide est d’environ 500 millions d’euros. Ce dernier se compose de trois poches : les entreprises présentant de très bons fondamentaux (au minimum 40 % de l’actif net du fonds), celles en phase de rentabilisation (40 % maximum) et les pépites innovantes (dont le poids ne peut excéder 20 %). Il est éligible au PEA-PME et vient d’obtenir le label Relance.

Le processus de gestion

L’univers d’investissement étant très large, le gérant se montre particulièrement sélectif en amont. Il s’appuie pour cela sur cinq critères fondamentaux clés, qui constituent l’ADN signature de Cogefi Prospective : les « 5C », avec la croissance (la croissance moyenne du chiffre d’affaires des sociétés en portefeuille doit être nettement supérieure à 5 % par an), la création de valeur (avec un retour sur capitaux employés moyen supérieur à 10 % ou une génération de cash-flow supérieure à 5 % du chiffre d’affaires), le cash (gage d’une structure financière solide), la capacité d’innovation et de différenciation, et le chef (c’est-à-dire un management fiable et visionnaire). « Nous recherchons avant tout des entreprises de qualité et en croissance, qui affichent de bons retours sur capitaux employés et qui sont peu ou pas endettées », résume Benjamin Rousseau.

La sélection des titres se décompose en plusieurs étapes. Tout d’abord, une rencontre avec les dirigeants de la société, le gérant étant particulièrement attaché à ces contacts réguliers avec les managements et à une approche de terrain, à travers des visites de sites partout en Europe. Ensuite, un travail d’analyse fondamentale classique et de valorisation de l’entreprise. Enfin, la détermination du poids du titre dans le portefeuille.

« Nous suivons très régulièrement entre 100 et 150 valeurs et nous en retenons environ 60 pour construire le portefeuille », indique Benjamin Rousseau.

La société de gestion

Cogefi Gestion gère une gamme d’OPC accessibles aux investisseurs privés comme aux professionnels (sociétés de gestion, banques privées, mutuelles, partenaires CGPI, plateformes, entreprises, organismes sans but lucratif…) et des mandats dédiés. La société de gestion propose neuf fonds Ucits européens, dont les stratégies se concentrent sur les classes d’actifs traditionnelles actions et obligations : quatre fonds purs actions, investis dans les small et mid caps et dans les grandes capitalisations, deux fonds flexibles – un profil équilibré et l’autre dynamique –, et trois fonds obligataires.

La philosophie de gestion de Cogefi Gestion repose sur un stock picking visant à identifier des valeurs de qualité, en vue d’obtenir une performance dans la durée.

Convaincue depuis toujours de l’importance du caractère responsable de ses investissements pour une croissance durable, la société de gestion a complété son processus interne de sélection des valeurs par une analyse extra-financière basée sur des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Elle a signé les PRI en 2018 et est candidate au label ISR pour une partie de sa gamme de fonds.

Les convictions du gérant

 Depuis mars 2018, les fonds Cogefi Prospective et Cogefi Chrysalide sont gérés par Benjamin Rousseau, qui est responsable de la gestion small et mid caps chez Cogefi Gestion. Ce dernier a commencé sa carrière en 2007 comme analyste financier « sell side » chez CM-CIC Securities, puis a rejoint CM-CIC Asset Management en 2011, tout d’abord en qualité d’analyste « buy side » au sein de l’équipe valeurs moyennes, puis, à partir de 2013, en tant que gérant et co-gérant de plusieurs fonds et mandats de small caps françaises et européennes, pour lesquels il a contribué à la forte croissance des encours sous gestion. Benjamin Rousseau est diplômé de l’École centrale de Lyon et de l’École de management de Lyon.

Votre approche de gestion, qui privilégie les valeurs de qualité et de croissance, a démontré toute sa pertinence l’an passé…

Le fonds Cogefi Prospective a effectivement terminé l’année 2020 sur une hausse de 42,84 % (part P), se classant ainsi numéro deux de sa catégorie selon Quantalys. Cogefi Chrysalide a quant à lui affiché une performance annuelle de 43,12 % (part P) en 2020, le classant numéro un dans sa catégorie selon Quantalys.

Le biais qualitatif assumé, qui constitue l’ADN de Cogefi Prospective et qui a même été accentué avec la crise de Covid-19, a permis cette surperformance en 2020, en ciblant préférentiellement les sociétés combinant croissance forte et qualité fondamentale. Les principaux contributeurs à la performance ont été ces sociétés qui évoluent sur des marchés en croissance structurelle, qui ont même pour beaucoup d’entre elles bénéficié de tendances renforcées par le Covid-19 – notamment sur fond d’accélération de la digitalisation de l’économie –, qui affichent des modèles économiques solides et peu intenses en capital et qui présentent des bilans sans dette leur ayant permis de réaliser des acquisitions stratégiquement pertinentes et créatrices de valeur en cours d’année.

Quelle est aujourd’hui la physionomie du portefeuille de Cogefi Prospective ?

C’est un mélange de belles histoires de croissance structurelle et d’entreprises de qualité, mais dont l’activité est plus cyclique.

Dans la première catégorie, nous avons par exemple une forte conviction sur Swedencare. Cette entreprise suédoise, spécialisée dans les produits de santé animale, affiche croissance et rentabilité et a réalisé de nombreuses acquisitions ces derniers mois, qui lui permettent de tripler de taille. Il s’agit d’ailleurs du premier contributeur à la performance du fonds en 2020, à hauteur de 423 points de base.

En ce qui concerne les valeurs plus cycliques, nous avons progressivement renforcé ou initié certaines positions depuis l’été dernier, dès lors qu’elles émettaient des signaux opérationnels en amélioration. C’est le cas de sociétés telles que Biesse en Italie, CTT Systems en Suède ou Koenig & Bauer en Allemagne. Enfin, nous restons assez exposés au secteur de la consommation, y compris on-line, avec des positions sur Boohoo, Fnac Darty ou JD Sports, par exemple.

Certaines thématiques émergent-elles dans le fonds ?

La physionomie du fonds reflète il est vrai notre appétit pour certains thèmes d’investissement. C’est le cas de la digitalisation. La crise que nous avons connue l’an passé a accéléré le processus de digitalisation de toute l’économie. Il s’agit là d’une thématique transversale, qui touche tous les secteurs. Nous sommes convaincus qu’il est judicieux de s’exposer à cette thématique à travers les petites et moyennes valeurs, qui y sont surreprésentées, dans des domaines très variés : la distribution (avec par exemple Boohoo, un e-commerçant anglais spécialisé dans le prêt-à-porter), le médical (CellaVision, en Suède), la fintech (Flatex, en Allemagne) ou la comptabilité et gestion (Admicom, en Finlande).

Rechercher un autre fonds

Autres fonds gérés par cette société

Fonds flexibles

Cogefi Flex Dynamic