Sélection de fonds

Obligations

Edmond de Rothschild Fund Emerging Sovereign

Funds Magazine - 25 février 2021

EdR Fund Emerging Sovereign est un fonds obligataire dont l’objectif est de surperformer l’indice JPM EMBI Global Diversified ex-CCC Hedged EUR sur un horizon d’investissement de trois ans.

L’équipe de gestion cherche à générer un rendement attrayant tout en limitant le risque de crédit. Pour cela, elle sélectionne des titres présentant selon son analyse les meilleurs profils rendement/risque sur l’ensemble de la dette émergente : en devise dure ou locale, émise par tout type d’émetteur (souverains, quasi souverains, entreprises) et sur tout le spectre de notation. « Cette classe d’actifs, qui offre des rendements attrayants et une profondeur qui ne cesse de s’accroître, est une solution de remplacement intéressante au profil plus volatil des actions, mais aussi aux faibles rendements des obligations des pays développés », souligne Romain Bordenave, gérant dettes et devises émergentes chez Edmond de Rothschild AM.

La stratégie du fonds, qui affiche un track record solide, tant en matière d’alpha que de gestion du bêta, repose sur une gestion active, flexible et opportuniste. Le fonds peut ainsi se démarquer de son indice de référence pour aller chercher de la performance dans les pays et les instruments qui reflètent les fortes convictions de l’équipe de gestion. Très concentré, avec environ 25 pays sélectionnés et 60 à 75 positions, le portefeuille est majoritairement positionné sur la dette souveraine. « Les obligations d’entreprises apportent une source de diversification attractive ainsi qu’une duration plus faible », précise Romain Bordenave. La gestion du risque pays s’inscrit au cœur d’un processus d’investissement très rigoureux. Une fois le risque pays déterminé, le poids de chaque position est fixé via un compromis entre la liquidité et le rapport risque/rendement. L’analyse du risque macroéconomique global permet de déterminer l’exposition du portefeuille aux liquidités et la duration, ainsi que les couvertures à déployer. La stratégie capitalise sur l’expertise globale éprouvée et reconnue d’Edmond de Rothschild AM dans les marchés émergents, avec plus de 2 milliards d’euros* d’encours sous gestion.

Questions à Romain Bordenave, gérant dettes et devises émergentes chez Edmond de Rothschild AM

Quelles sont les perspectives sur la dette émergente ?

Ce marché offre un fort potentiel de croissance, puisque les pays émergents représentent environ 50 % du PIB mondial mais la dette émergente seulement 15 % du marché obligataire mondial. Aujourd’hui, l’environnement économique, financier et géopolitique est très porteur pour la dette émergente avec, chaque semaine, des flux entrants importants. Sur la dette en devises dures, il convient néanmoins d’être vigilant avec les tensions sur les taux longs américains dans le sillage de la remontée des anticipations d’inflation. Nous avons donc réduit la duration du portefeuille via des positions courtes sur les Treasuries, des émissions de maturité plus courtes mais également en remontant à 25 % les positions libellées en euros, car en Europe les perspectives d’inflation restent plus faibles qu’aux Etats-Unis.


Quel est aujourd’hui le positionnement du portefeuille ?

Fin janvier, le fonds était positionné à 79 % sur la dette souveraine/quasi souveraine, à 14 % sur la dette d’entreprises et à 3 % sur les supranationales, le solde étant constitué de liquidités. Au vu des perspectives de reprise économique et de la dynamique de la croissance chinoise, le segment du high yield devrait pouvoir tirer son épingle du jeu. Ces obligations offrent encore un potentiel de resserrement des spreads intéressant, tout en bénéficiant d’une duration plus faible. Nos fortes convictions se portent sur l’Ukraine, le Brésil, la Turquie et l’Argentine.

Rechercher un autre fonds