Sélection de fonds

Fonds diversifié

Edmond de Rothschild Fund Income Europe

Funds - Septembre 2017 - Johan Deschamps

Si vous êtes à la recherche d’un placement visant à offrir un rendement stable et régulier sur un horizon optimal de cinq ans, Edmond de Rothschild Fund Income Europe est un fonds idoine.

Pourquoi investir sur ce fonds ?

Noté 5 étoiles Morningstar1, le fonds dispose de parts distribuant annuellement un revenu net, mais également de parts de capitalisation. Depuis sa création, il a atteint son objectif et affiche une performance annualisée de + 5 %. Pour atteindre cet objectif, les gérants investissent d’une part dans l’univers des actions européennes, dans la limite maximale de 50 % du portefeuille, et d’autre part dans celui des obligations d’entreprises en euro, avec pour principe la recherche de la maîtrise du niveau de risque du portefeuille. Ainsi, au cours des trois dernières années, la volatilité moyenne du fonds ne s’est élevée qu’à 5,7 %. A travers une stratégie «bottom-up», les gérants privilégient les sociétés européennes qui affichent des flux de trésorerie significatifs et récurrents leur permettant soit d’offrir des coupons jugés attractifs, soit des dividendes stables ou en croissance. Le fonds est géré conjointement par les experts en actions européennes et en dettes d’entreprises. Ces deux équipes sont complémentaires dans leurs analyses et disposent d’une connaissance complète de la structure capitalistique des entreprises. Elles sont à même de déterminer quel instrument est le plus adapté. Toujours dans une optique de contrôle du risque, le portefeuille offre une diversification sectorielle, géographique, par taille de capitalisation. Il veille à maintenir un bon niveau de liquidité, grâce à la sélection de valeurs de grandes capitalisations du côté des actions et un filtre de liquidité du côté des obligations. Edmond de Rothschild Fund Income Europe est une solution attractive pour les investisseurs recherchant un rendement régulier associé à une bonne maîtrise du risque.

Le processus de gestion

Pour construire le portefeuille et assurer la distribution de revenus réguliers et l’appréciation du capital, les gérants d’Edmond de Rothschild Fund Income Europe se concentrent sur la génération de rendement. Au sein de la poche actions, le fonds investit dans des entreprises avec un profil défensif et une forte capacité à générer des flux de trésorerie et à payer des dividendes. Au sein de cette poche, on peut retrouver deux types d’actions : (1) les dividendes établis (entreprises pharmaceutiques, pétrolières, télécoms, services aux collectivités), (2) les dividendes de demain (biens de consommation durables, valeurs technologiques et services aux entreprises). Au sein de la poche obligations, le fonds investit dans des entreprises présentant un profil de désendettement pérenne et bénéficiant d’états financiers solides. La soutenabilité et la tendance de croissance de la génération de cash-flow sont deux caractéristiques particulièrement importantes pour l’équipe de gestion. Si, en théorie, la poche actions peut évoluer entre 0 % et 50 % du portefeuille, en pratique, la moyenne est plutôt de l’ordre de 25 %. Tactiquement, les gérants peuvent par ailleurs couvrir le portefeuille contre d’éventuels risques actions ou de taux. Le fonds est ainsi composé d’une quarantaine d’actions, essentiellement des grandes valeurs, avec une préférence pour les secteurs les plus défensifs comme la pharmacie, la construction et les télécoms. A l’inverse, les valeurs cycliques sont sous-représentées, voire absentes, car leur volatilité ne répond pas aux critères de prudence définis par les gérants. Pour la poche obligataire, composée de 150 lignes, les gérants mettent actuellement l’accent sur la dette subordonnée financière et sur le high yield (titres spéculatifs pour lesquels le risque de défaillance est plus élevé). Cette diversification dans la structure de capital des entreprises permet au fonds d’être moins sensible aux évolutions du marché, comme cela s’est vérifié ces dernières années. Malgré le Brexit et la chute des prix du pétrole, le fonds est parvenu à remplir ses objectifs grâce, notamment, à la qualité de la sélection des entreprises qui constituent le portefeuille.

La société de gestion

Edmond de Rothschild Asset Management, branche du groupe indépendant Edmond de Rothschild, se positionne comme un acteur multispécialiste. Il s’appuie sur des segments d’expertise reconnus, comme la gestion actions, la dette d’entreprises, la multigestion, l’overlay, l’allocation d’actifs ou encore la gestion quantitative. Au 31 décembre 2016, la société employait 480 collaborateurs, dont 100 professionnels de l’investissement, pour un encours sous gestion de 57 milliards d’euros.

1 - Notations Morningstar au 31 juillet 2017 dans la catégorie «Allocation EUR Prudente». Les classements Morningstar ne sont pas des classements de marché et ne sont pas assimilables à des recommandations d’acheter, de vendre ou de détenir des parts ou actions des OPC gérés par Edmond de Rothschild Asset Management (France). La référence à un classement ou à un prix de cet OPC ne préjuge pas des classements ou des prix futurs de ces OPC ou du gestionnaire. Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne constituent pas un indicateur des performances futures.

Les convictions du gérant, Kris Deblander, CIO adjoint Actions et Dettes d’entreprises

Kris Deblander, CIO adjoint Actions et Dettes d’entreprises

Le gérant
Après avoir rejoint Fortis Investment Management en 1997 pour développer et gérer les produits structurés, Kris Deblander a pris en charge en 2002 la co-gérance des produits «obligations convertibles européennes», puis a été nommé deputy CIO convertible bonds en 2006 avec la responsabilité du fonds d’arbitrage de convertibles et la co-responsabilité de portefeuilles. Il est devenu responsable de la gestion convertible d’Edmond de Rothschild Asset Management (France) en novembre 2008. Nommé responsable dettes corporate en janvier 2013, il occupe depuis 2017 le poste de CIO adjoint Actions et Dettes d’entreprises.

Quelle est la stratégie d’investissement d’Edmond de Rothschild Asset Management ?
Après un premier semestre dynamique porté par de bons indicateurs économiques, les investisseurs ont noté le changement de ton de la plupart des banques centrales du G7 annonçant des politiques monétaires moins accommodantes. Un changement qui devrait toutefois s’opérer progressivement, compte tenu du pragmatisme des banquiers centraux pour ajuster leurs programmes de rachats d’obligations. Dans ce contexte, les rendements des emprunts d’Etat les mieux notés demeurent excessivement bas et offrent peu de protection dans un scénario de remontée des taux d’intérêt. En revanche, les obligations subordonnées financières restent notre thème de prédilection en raison d’une réglementation favorable, d’un profil rendement/duration attractif, d’une perspective de pentification des taux et de l’amélioration de la solidité des fondamentaux du secteur. Du côté des actions, nous privilégions les valeurs européennes. La dynamique de croissance bénéficiaire des entreprises tend à s’accélérer alors que les valorisations demeurent attractives.

Quelles actions privilégiez-vous actuellement dans le cadre de votre stratégie «Income» ?
Sur la poche actions, nous avons renforcé notre allocation, passant de 21 % à 26 % du portefeuille, en privilégiant toujours les valeurs générant des cash-flows élevés permettant de redistribuer du rendement à l’actionnaire à travers des dividendes pérennes et en croissance, que ce soit des sociétés aux dividendes établis (Royal Dutch Shell, Orange ou Munich Re) ou d’autres susceptibles de faire croître fortement leur dividende (SAP, Capgemini, Unilever). Nous sélectionnons aussi des valeurs défensives comme Sanofi ou Bouygues. Par prudence, nous sommes sous-exposés aux secteurs sensibles aux hausses de taux, comme l’immobilier, et à toutes les valeurs de qualité recherchées pour leur visibilité mais valorisées comme des obligations. Nous n’avons pas d’exposition aux actions du secteur automobile ni aux actions bancaires. En revanche, le portefeuille est exposé au secteur bancaire et assurantiel via le marché de la dette subordonnée financière d’émetteurs de premier plan comme UniCredit en Italie, Santander en Espagne ou encore BNP Paribas et AXA en France.

Avez-vous d’autres positions sur le marché de la dette ?

Au sein du marché du high yield, nous nous intéressons aux émissions qui offrent un rendement attractif au regard de fondamentaux solides à l’image de Loxam. Ce spécialiste français de la location d’équipement et de matériel de BTP, leader sur son marché et en Europe, a démontré sa capacité à générer un cash-flow récurrent. Il devrait profiter de l’essor du secteur de la construction en Europe, et notamment en France, avec le retour à la croissance des travaux publics et l’augmentation des constructions résidentielles. Nous avons aussi mis en place des protections tactiques sur le bund à cinq, dix et trente ans afin de réduire la duration du fonds tout en maintenant nos convictions.

Rechercher un autre fonds

Autres fonds gérés par cette société