Sélection de fonds

Gestion diversifiée et flexible

Federal Multi Patrimoine

Funds - Mai 2013 - Carole Leclerc

Lancé mi-août 2011, Federal Multi Patrimoine est un fonds diversifié qui vise à profiter des différentes tendances de marché grâce à une allocation totalement flexible et dynamique, diversifiée sur de nombreuses classes d’actifs et zones géographiques.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Lancé mi-août 2011, Federal Multi Patrimoine est un fonds diversifié qui vise à profiter des différentes tendances de marché grâce à une allocation totalement flexible et dynamique, diversifiée sur de nombreuses classes d’actifs et zones géographiques.

«Ce fonds est adapté à toutes les phases de marché et vise à délivrer des performances régulières avec une sécurisation partielle du capital», précise Sylvain Sérandour, cogérant du fonds. Un objectif atteint puisque, depuis son lancement, Federal Multi Patrimoine progressait, au 9 avril 2013, de 7,99 % avec une volatilité moyenne annualisée de 2,79 % depuis l’origine, parmi les plus faibles de sa catégorie. La stratégie mise en place, qui repose sur une approche «momentum», développée par Federal Finance depuis 2006, tend à optimiser l’allocation d’actifs avec pour objectif de rechercher le meilleur couple rendement/risque pour le portefeuille.

«Les observations empiriques démontrent que les actifs suivent des tendances de moyen terme. Ceux ayant surperformé sur une période passée ont ainsi une probabilité forte de surperformer dans le futur, explique Erwan Marrec, cogérant du fonds. Mais identifier de telles tendances nécessite de s’appuyer sur des outils quantitatifs afi n de ne pas se laisser influencer par les biais comportementaux que développe tout investisseur, même expérimenté.»

Ce produit a également été bâti avec la conviction que, quelle que soit la période, au moins une classe d’actifs dégage des tendances positives. «Son univers d’investissement est donc très large, afin de pouvoir apporter de la diversification en se positionnant sur des marchés décorrélés. Néanmoins, pour amortir la baisse dans les phases de chocs de marché, cette diversification doit être complétée par une très forte flexibilité», poursuit Erwan Marrec. Définie par un modèle quantitatif propriétaire et revue mensuellement, l’allocation entre les différentes classes d’actifs peut varier entre 0 et 100 %. Le fonds peut donc être exposé à un ou plusieurs marchés.

«Cette totale flexibilité vise à profiter des tendances haussières et à se désengager des actifs risqués en période de baisse. Cela peut impliquer un investissement potentiellement important sur des actifs non risqués bénéficiant d’une performance moindre, comme le monétaire, si aucune tendance positive ne se dégage», précise Erwan Marrec.

Autre atout du fonds : le recours à la multigestion, totalement en «architecture ouverte», pour la construction du portefeuille. «Cela accroît la diversifi cation recherchée et réduit la volatilité du portefeuille en donnant accès à différents supports d’investissement et aux expertises de plusieurs gérants spécialisés au sein d’un même portefeuille. La multigestion est également une source d’alpha supplémentaire », explique Sylvain Sérandour, cogérant du fonds. Le processus de gestion et les performances du fonds convainquent les investisseurs, puisque la collecte de Federal Multi Patrimoine est régulière, avec des encours sous gestion de près de 170 millions d’euros fin mars.

Le processus d’investissement du fonds

Le processus de gestion est articulé en trois étapes. La première consiste à définir l’allocation d’investissement optimale entre les différentes classes d’actifs, en fonction de leur couple rendement/risque. Pour cela, l’équipe de gestion quantitative fait tourner chaque mois le modèle propriétaire de suivi de tendances «multiclasses d’actifs». Vient ensuite la sélection, par l’équipe de multigestion, des sous-jacents jugés les plus prometteurs.

La sécurisation de la valeur liquidative du fonds est automatique. L’équipe de gestion a mis en place une stratégie de gestion du risque quotidienne : dans les périodes de marché défavorables, l’exposition aux actifs risqués est réduite, et inversement dans les périodes favorables. Par ailleurs, les outils quantitatifs pouvant, en cas de choc exogène, être perturbés, l’équipe de gestion s’est donné la possibilité de débrayer le modèle pour ne pas avoir à maintenir une allocation biaisée par des chcos exogènes.

La société de gestion

Federal Finance est spécialisée dans la gestion pour compte de tiers. Avec un encours de 36 milliards d’euros fin 2012, cette filiale du Crédit Mutuel Arkéa se classe au seizième rang des sociétés de gestion françaises. Federal Finance se concentre sur les expertises de gestion dans lesquelles ses équipes apportent une véritable valeur ajoutée : l’investissement responsable, la gestion actions, la gestion taux, la gestion quantitative, la multigestion et le capital- investissement. Federal Finance propose une gamme de fonds communs de placement (plus de 80 OPCVM), des offres de gestion sous mandat, des plans d’épargne entreprise, pour satisfaire une clientèle de particuliers, institutionnels et entreprises.

Les convictions de l'équipe de gestion, Erwan Marrec, responsable gestion quantitative et ingénierie financière et Sylvain Sérandour, responsable multigestion

Erwan Marrec, responsable gestion quantitative et ingénierie financière et Sylvain Sérandour, responsable multigestion

L’équipe de gestion

Federal Multi Patrimoine est cogéré par Erwan Marrec, responsable gestion quantitative et ingénierie financière, et Sylvain Sérandour, responsable multigestion, qui ont tous deux plus de dix ans d’expérience en gestion d’actifs. Erwan Marrec intègre Federal Finance en 1998 en tant que gérant actions et quantitatif. En 2002, il prend la responsabilité de l’activité gestion quantitative et ingénierie financière, qui compte actuellement cinq gérants. Sylvain Sérandour rejoint, quant à lui, Federal Finance en 2000 en tant que gestionnaire de portefeuille et prend la responsabilité de l’activité multigestion en 2009. Cette équipe est composée de quatre gérants ayant chacun une spécialisation par classes d’actifs.

Pourquoi avoir recours à des outils quantitatifs pour définir votre allocation cible ?

Mettre en place une stratégie «momentum» à l’aide d’outils quantitatifs permet de s’affranchir des biais comportementaux des investisseurs, comme l’excès de confiance ou de pessimisme, le comportement moutonnier ou encore la tendance à se positionner uniquement sur les classes d’actifs qu’ils connaissent le mieux, en l’occurrence souvent les actions européennes.

De tels biais conduisent à la construction de portefeuilles mal diversifiés, surpondérés sur les actifs familiers, négligeant les corrélations entre actifs, ne réagissant pas aux informations nouvelles et présentant une forte inertie de leur allocation d’actifs avec, qui plus est, un mauvais «market timing» des arbitrages, souvent dictés par des tendances de très court terme. Par ailleurs, l’expérience ne suffit pas pour corriger ces biais comportementaux, alors que le modèle quantitatif les exploite, notamment les effets de cycle. L’irrationalité des comportements des investisseurs devient ainsi une opportunité pour celui qui applique une stratégie systématique de suivi des tendances.

Quels types de supports d’investissement recherchez-vous ?

Nous sélectionnons uniquement des fonds purs, ne présentant pas de biais sectoriel ou thématique excessif, car il n’est possible de bénéficier d’une tendance porteuse pour le moyen terme qu’à condition d’être positionné de manière globale sur la classe d’actifs. Nous recherchons également des fonds présentant un risque mesuré par rapport à leur classe d’actifs et qui délivrent une performance régulière quellles que soient les conditions de marché.

Dans un souci de diversification et de maîtrise de la volatilité du portefeuille, nous répartissons également nos investissements sur plusieurs fonds au sein d’une même classe d’actifs. Lorsque les tendances de marché sont peu prononcées, comme au second trimestre 2012, nous privilégions des supports indiciels comme les trackers afin de minimiser le risque de déviance par rapport aux résultats du modèle. En revanche, lorsque les tendances sont plus marquées, avec une décorrélation au sein de chacune des classes d’actifs, comme depuis fin juillet 2012, nous privilégions des fonds à gestion active, délivrant de l’alpha.

Quelle était l’allocation du fonds à la fin du premier trimestre ?

A fin mars, l’allocation cible était positionnée à 32,5 % sur des produits monétaires, contre quelque 50 % début février. La part allouée aux actions, d’environ 20 %, est quasi stable depuis novembre mais des arbitrages ont eu lieu depuis en faveur des actions américaines et japonaises. Nous ne sommes plus investis sur les actions européennes depuis fin mars. Nous avons également une position de 12,5 % sur la parité dollar/yen afin de bénéficier de la dépréciation de la monnaie japonaise.

Ce positionnement est relativement peu consensuel, comme l’était d’ailleurs notre exposition de 40 % au crédit coporate en novembre lors du rallye sur les actions. Mais c’était à l’époque la classe d’actifs qui présentait le meilleur couple rendement/risque. Depuis, la part du corporate a diminué, notamment au profit des obligations à long terme.

Rechercher un autre fonds

Autres fonds gérés par cette société